Genève

11 décembre 2019 22:35; Act: 11.12.2019 22:35 Print

Personnel soignant en colère devant l'hôpital

Des assistants en soins et santé communautaire, qui oeuvrent aux HUG notamment, ont réclamé une revalorisation de leur fonction.

storybild

Photo d'illustration. (Photo: Keystone/Salvatore di Nolfi)

Une faute?

«Les responsabilités augmentent, mais les salaires restent bas», déplore le syndicat des services publics. Les assistants en soins et santé communautaire (ASSC) ont manifesté leur colère, ce mercredi, devant l'hôpital cantonal. Le personnel, dont la fonction se situe entre celle de l'infirmier et l'aide soignant, a demandé une réévaluation de sa fonction. Et ce, avant l'éventuelle mise en place de Score, la nouvelle grille des salaires des fonctionnaires.

Environ 700 personnes, selon le syndicat, exercent aujourd'hui ce métier «encore méconnu du grand public, mais qui se développe beaucoup», souligne Sabine Furrer, secrétaire syndicale. Les ASSC sont employés aux HUG, dans les EMS, dans les foyers spécialisés ou encore lors de soins à domicile. Au bénéfice d’une autorisation de pratiquer délivrée par le Canton, ils effectuent des actes médico-techniques.

Cette profession, où les femmes sont majoritaires, est née au début des années 2000, pour pallier le manque chronique d’infirmières sur le marché du travail. Aujourd'hui, les assistants en soins et santé communautaire sont rémunérée en classe 10 (soit un salaire mensuel brut de 5247 fr. en début de carrière), alors que lorsque cette profession a été créée, il avait été envisagé de l'établir en classe 12. «Cette fonction est clairement sous-évaluée depuis des années, affirme le syndicat. De plus, de nouvelles compétences ont été ajoutées, sans que le cahier des tâches n’ait pour autant été réajusté».

(dra)