Justice genevoise

16 mars 2011 09:29; Act: 16.03.2011 09:37 Print

Policier inculpé pour avoir blessé un scootériste

Le gendarme qui avait percuté un deux-roues à Plainpalais en juillet 2009 a été prévenu de lésions corporelles graves. En intervention pour un cambriolage, l'agent roulait trop vite.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Une énorme collision entre une voiture de police et un scooter. La violence de l'accident qui a eu lieu à la rue Harry-Marc le 22 juillet 2009 peu après midi est restée dans les mémoires. Selon la «Tribune de Genève», le procureur Michel-Alexandre Graber a inculpé la semaine dernière le gendarme qui était au volant de lésions corporelles graves par négligence.

D'après l'enquête, il roulait trop vite: dans un tel carrefour, il aurait dû aller au pas. Ce jour-là, le scootériste, un fonctionnaire au Département cantonal des constructions et des technologies de l’information de 49 ans, circule sur la rue Harry-Marc en direction de la place de Neuve. Le feu est au vert. Mais plusieurs véhicules s’arrêtent en raison de l’arrivée d’une voiture de police sur le boulevard Georges-Favon, sirène hurlante et feux bleus enclenchés. La patrouille circule sur les rails du tram, probablement à une vitesse de 70 km/h. Elle percute violemment le deux-roues. Le policier qui conduit, né en 1979, vient d'être alerté en urgence par la centrale pour un cambriolage dans le quartier de Plainpalais.

Vingt fractures

Hospitalisé d’urgence, le scootériste souffre d'une vingtaine de fractures. Mâchoire, nez, bras, dos, hanches, côtes, clavicule: les traumatismes nécessiteront plusieurs opérations et plus de quatre mois d’hospitalisation. Egalement blessés, les deux agents à bord du véhicule doivent être désincarcérés. Toujours d'après la «Tribune de Genève», la victime, qui porte une prothèse de hanche, aurait repris le travail en février à 20% «dans un but thérapeutique et de réadaptation».

C'est Me Robert Assaël qui défend l'agent inculpé le 7 mars: «Mon client, qui voulait intervenir au plus vite sur les lieux d’un cambriolage, regrette profondément cet accident et les sévères conséquences sur la santé de la victime. Ce qui est le plus important pour lui, c’est que celle-ci se rétablisse le mieux et le plus vite possible.»

(20 minutes)