Vernier (GE)

01 septembre 2010 22:54; Act: 01.09.2010 22:59 Print

Policiers payés pour ne rien faire depuis 28 mois

par Didier Tischler - Suspendus par la commune depuis mai 2008 pour d’obscurs motifs, deux agents municipaux attendent toujours leur réintégration.

storybild

La commune a déjà déboursé 800 000 fr. dans cette affaire. (Photo: reb)

Une faute?

«Mon client est devenu un politicien UDC professionnel salarié par une commune à majorité rose-verte», ironise Me Bastien Geiger. Chef des agents de la police municipale (APM) de Vernier, le maréchal Patrick Lussi, 60 ans, a été suspendu de ses fonctions en mai 2008 par l’exécutif communal. Il continue toutefois de toucher son salaire de quelque 12 000 fr. bruts par mois.

Ancien conseiller municipal à Lancy, l’«exclu» a été élu député au Grand Conseil à l’automne 2009. Les faits reprochés demeurent assez obscurs, même si des suspicions de mobbing ou l’utilisation de véhicule de fonction à titre privé ont été évoqués. Selon son avocat, «l’enquête le concernant est terminée depuis fin mai et le dossier est vide». Bastien Geiger souligne: «Mon client est profondément affecté par cette situation.»

Pour le collègue de Patrick Lussi, également banni depuis plus de deux ans, la situation est plus compliquée. En effet, aucune réelle enquête n’aurait débuté après l’échec de négociations. «Il regrette aujourd’hui encore que la commune de Vernier ait fait capoter l’accord quasiment conclu, explique son avocat Robert Assaël. Il attend sereinement la suite de la procédure­.»

Selon le maire Thierry Apotheloz, le Conseil administratif a entamé des discussions, sans parvenir encore à une décision. Selon nos informations, entre les salaires versés, les divers frais d’enquêtes et d’avocats, ces suspensions auraient coûté, à ce jour, plus de 800 000 fr. à la commune.