Genève

12 juillet 2014 20:14; Act: 13.07.2014 17:43 Print

Poussettes et lapins roses ont vibré sur la techno

De la techno plein les oreilles et une ferveur à peine douchée par la pluie: une foule bigarrée de près de 150'000 personnes a fait vibrer les quais de Genève samedi, à l'occasion de la 18e Lake Parade.

Voir le diaporama en grand »

Une faute?

«J'adore cette musique, elle éveille quelque chose de très primitif, presque animal», s'enthousiasme cette dame, la cinquantaine, accompagnée de son fils. Devant eux défilent, un couple de crocodiles, quatre lapins roses éméchés, une patrouille de policières sexy et une troupe de ballerines improbables. Une faune colorée et festive, qui se trémousse et prend volontiers la pose pour les nombreux curieux et touristes. «Un bonheur pour les yeux!»

Un groupe de zombies se fraie un chemin entre les poussettes. De nombreuses familles sont aussi de la partie. «J'aime l'ambiance festive et bon enfant du cortège», s'exclame cette jeune maman. Le temps de mettre des pamires sur les oreilles de sa fillette de un an. C'est que du bruit, il y en a!

Plus éclectique l'an prochain

Le choeur de sifflets couvre à peine les basses de ce char bleu, où Miss et Mister Suisse romande exhibent fièrement leur plastique de rêve, sur des tonalités house. Le glamour laisse place à une ambiance fin du monde et chaos quelques mètres plus loin, devant le char hardstyle. Avec cette année dix «Lake Mobiles», les amateurs de musiques électroniques ont le choix.

Les allergiques aux basses pourront, eux, repasser l'année prochaine. «Nous allons revenir à un amalgame de style musicaux, avec des chars latino et disco, comme par le passé. Cela nous permettra aussi de drainer davantage de monde», indique le responsable de l'événement, Christian Kupferschmid, à l'heure du bilan devant la presse dimanche.

L'affluence n'a pas été à la hauteur des 200'000 personnes attendues. Les quelques rayons de soleil en début de cortège ont vite laissé la place à l'orage. «Beaucoup de monde a couru se sécher à ce moment-là», regrette-t-il.

Fêtards fouillés

Les balayeuses et autres souffleuses ont fermé le cortège, une heure plus vite que prévu, en un ballet minutieusement chorégraphié sur fond de basses. De quoi faire place nette pour la Lake Sensation. Les dix chars, parqués entre Baby-Plage et le Port-Noir, se sont mués en autant de «dance floors». Ils ont partagé avec quatre grandes scènes ces 30'000 mètres carrés dévolus à la fête, où 150 DJ's se sont succédés jusqu'au bout de la nuit.

«Avec, comme l'an dernier, un dispositif de sécurité renforcé», souligne Stéphanie Bezon, attachée de presse de l'événement. Des couloirs d'accès ont été installés pour pouvoir filtrer et fouiller les participants. Les boissons et les bouteilles en verre étaient proscrites.

Moins de blessures

Des mesures bien accueillies par les quelque 30'000 fêtards au rendez-vous, indiquent les organisateurs. Et efficaces, selon Simon Regard, médecin et porte-parole de l'Association genevoise des sections de samaritains. «Les plaies dues aux débris de verre ont fortement diminué», relève-t-il.

Au total, les samaritains ont pris en charge 75 patients, contre 129 l'an dernier. Là encore, le ciel est à l'origine de ce recul. «Le froid et la pluie ont réduit le risque de déshydratation», note Simon Regard. Les secours ont principalement été sollicités pour des intoxications à l'alcool et des blessures liées à des chutes. Mais aussi à quelques bagarres.

La police est intervenue cinq fois pour séparer les protagonistes de «petites altercations», indique de son côté Jean-Philippe Brandt, porte-parole de la police genevoise. Aucun incident grave n'a été signalé et personne n'a été arrêté.

(ats)