Genève

27 janvier 2020 20:59; Act: 28.01.2020 16:59 Print

Pros du tourisme pas trop touchés par le coronavirus

par David Ramseyer - Pour l'heure, l'épidémie de pneumonie virale venue de Chine n'inquiète pas trop les restaurateurs et les hôteliers du bout du lac.

storybild

Les touristes chinois préfèrent découvrir la Cité de Calvin durant la belle saison. (Photo: Keystone/Martial Trezzini)

Sur ce sujet
Une faute?

La flambée de coronavirus qui se répand en Chine pourrait avoir des graves conséquences pour l'économie mondiale, à commencer par le tourisme. Pékin a suspendu les réservations pour les voyages en groupe, afin de tenter d'enrayer l'épidémie, qui a déjà fait 100 morts. La Suisse ne semble pourtant pas être concernée pour le moment.

Une grande majorité des restaurants chinois à Genève juge que la décision de la Chine n'aura que très peu d'impact sur leur chiffre d'affaires. Pour l'essentiel, leur clientèle est locale ou composée de ressortissants de l'Empire du Milieu en poste au bout du lac, notamment au sein des organisations internationales ou dans le secteur de la diplomatie. Mais certains établissements qui accueillent de nombreux groupes organisés de touristes chinois s'inquiètent. «Nous avons des craintes, bien sûr, car ces groupes représentent plus de la moitié de notre chiffre d'affaires, souligne ainsi un restaurant de la rive droite, qui a souhaité rester anonyme. Sans eux, ce sera un problème pour nous. D'autant plus si la mesure du ministère chinois du Tourisme de limiter les déplacements se prolonge. Nous devrons alors sans doute discuter d'un nouveau plan marketing. Il ne faudrait pas non plus que pareille restriction soit aussi prise ailleurs, par d'autres pays asiatiques avec qui nous travaillons.»

115'000 nuitées en 2018

De son côté, Genève Tourisme parle d'un «impact relatif» pour la Cité de Calvin. Celle-ci n'est en effet pas la destination prioritaire des groupes organisés de touristes chinois, qui se concentrent plutôt sur la Suisse centrale. En 2018, ces derniers ont représenté 115'000 nuitées à Genève, sur un total d'environ 3 millions. Par ailleurs, «un certain nombre de ces groupes organisés de voyageurs logent en France voisine, pas dans la canton, énonce Hélène Lebrun, chargée de communication de Genève Tourisme. Enfin, ils viennent principalement durant la haute saison, et celle-ci ne débute pas avant fin mai».