Droit de manifester

23 janvier 2010 14:51; Act: 23.01.2010 21:10 Print

Quelque 80 personnes manifestent à Genève

Environ 80 personnes, en majorité des jeunes, se sont réunies samedi après-midi à Genève pour une «Action citoyenne pour la paix et le droit de manifester».

Voir le diaporama en grand »

Une faute?

Elles ont dénoncé les restrictions voulues par les partis de droite à la suite de la manifestation anti-OMC du 28 novembre.

Pour les organisateurs de la manifestation de samedi, des membres du Mouvement ultra-révolutionnaire (MUR), la spirale de violence - comme celle des «black block» - et de répression décourage les citoyens de s'exprimer. Afin de montrer un front citoyen uni, apolitique et pacifique, il était demandé aux partisans de venir sans bannière.

Les manifestants ont commencé par un «sit-in» à la Place Neuve pendant une demi-heure, afin de contester le parcours imposé vendredi après-midi par la police, qui craignait des débordements comme ceux qui ont émaillé le cortège anti-OMC en novembre. Pour les organisateurs, ce veto à un défilé par les rues commerçantes du centre ville porte lourdement atteinte au droit de manifester.

Le cortège s'est ensuite déplacé jusqu'à Rive dans une ambiance bon enfant. Les manifestants s'en sont pris à la nouvelle conseillère d'Etat libérale Isabel Rochat, à la tête du Département de la police.

Son parti a élaboré un projet de loi visant à restreindre le droit de manifester, à l'instar du MCG et de l'UDC. Les mesures préconisées vont de l'interdiction de défiler dans les rues à la suspension, jusqu'à dix ans, du droit de manifester pour les organisateurs en cas de violence et à la condamnation à une amende de 100'000 francs au maximum.

(ats)