Genève

30 mars 2011 20:11; Act: 30.03.2011 20:30 Print

Réveil tardif contre la réforme du chômage

par Raphaël Leroy - La 4e révision de la loi sur le chômage entre en vigueur vendredi. Certains à Genève semblent le remarquer seulement aujourd’hui.

storybild

Plus de 2'300 personnes seront touchées par la réforme de la loi sur le chômage. (Photo: Keystone)

Une faute?

La loi est fédérale, mais c’est à Genève qu’elle fait le plus grand bruit. Vendredi, plus de 2'300 personnes du canton seront touchées par la réforme du chômage (LACI) qui réduit les indemnités de 120 jours. Parmi elles, 450 environ iront à l’aide sociale rien que pour le mois d’avril.

Un projet de loi dans l'urgence

Face à cette situation, les syndicats et le parti socialiste proposent un projet de loi pour octroyer des indemnités cantonales aux chômeurs en fin de droit. «Pour pouvoir être proche du marché du travail, il faut maintenir ces gens à l’Office cantonal de l’emploi et non les mettre à l’aide sociale», estime Lydia Schneider-Hausser, chef de groupe socialiste au Grand Conseil.

Le problème, c’est que ce projet a été rédigé dans l’urgence la semaine passée, qu’il n’a pour l’heure aucun soutien politique et que sa date de dépôt reste inconnue.

Un projet illégal?

«L’Etat n’a pas attendu fin mars pour découvrir le problème, explique Bernard Favre, secrétaire général adjoint du département de la solidarité et de l’emploi. Depuis 2008, les chômeurs en fin de droit peuvent obtenir des indemnités supplémentaires lorsqu’ils accomplissent un stage emploi formation. Par contre, Berne refuserait probablement des indemnités sans travail.»

Les syndicats, eux, estiment avoir interpellé le canton dès septembre. «L’Etat a fait le maximum au niveau légal et budgétaire», indique Bernard Favre. «Il n’empêche, si ce projet de loi est refusé, nous n’excluons pas de lancer une initiative», prévient Alessandro Pelizzari, président de la Communauté genevoise d’action syndicale. Une manifestation est prévue samedi.

Les commentaires les plus populaires

  • Caroline Durant le 01.04.2011 08:14 Report dénoncer ce commentaire

    Chômage

    Et bien non je ne suis pas frontalière, j'ai des droits et des devoirs comme tout à chacun qui travaille et je ne vois pas l'étranger toujours comme source de tous nos problèmes.C'est une loi qui a été voté donc c'est le peuple qui s'est prononcé alors pourquoi s'en prendre aux autres!!!!!

  • assez le 31.03.2011 06:02 Report dénoncer ce commentaire

    maRRE

    enfin, vous commencez à comprendre ! en fait cela fait déjà des années que cela dure. Va bientôt arriver un moment où des choses devront changer (tjrs par la force des choses, après bien des vies épuisées, détruites malheureusement)car la limite et la coupe sont déjà PLEINES !!

  • Marchal le 01.04.2011 15:47 Report dénoncer ce commentaire

    Soyons réaliste!!

    Ce la fait 18 ans que je travail au service de l'emploi.. J'ai assez dexpérience pour dire que la plupart des chômeurs sont toujours les même. Ça travaille 6 mois, une année puis retour au chômage. Je pense qu'on a a faire avec une génération que malgré le manque de qualifications n'accepte pas le faite d'avoir un travail 1er prix. Une dame de 38 ans a préféré aller dans une succursale a lausanne malgré une place dans le magasin de ça ville a Nyon. Elle ne voulait pas que ces connaissances la voient travailler dans un hyper marché. Drôle de mentalité!

Les derniers commentaires

  • blacknight le 04.04.2011 13:51 Report dénoncer ce commentaire

    MARRE

    C'est la nouvelle méthode, je ne sais pas si vous avez remarqué ? = faire entériner le plus vite possible de nouvelles lois infâmes. Après le non-remboursement des lunettes, annoncé juste 1 mois avant la mise en vigueur, la nouvelle loi sur l'assurance chômage (il faut remettre en question le financement des campagnes et des partis) les augmentations injustes qui nous frappent de toutes parts !!!

  • Martin le 04.04.2011 08:20 Report dénoncer ce commentaire

    Pas question de salaire mais d'image..

    La réalité est tout autres!! on a placé la barre tellement haut que plus personnes n'accepte un travail basique. Quand dans un entourage on entend "moi je gagne 6000, moi 6800" comment vous faite a accepter un travail a 3800.-par mois de 7 a 18h? Dernièrement une maman est venue avec ça fille étudiante pour un travail de 6 mois comme caissière a une station d'essence. J'ai vue de suite que ça na lintéresse pas, puis s'est adressé a ça mère en disant "je préfère me prostitué mais pas qu'on me voient travailler ici.

  • Morgarten le 03.04.2011 15:10 Report dénoncer ce commentaire

    Contrôles mieux ciblés

    On se pose des questions quand on voit à la TV une famille soi-disant nécessiteuse avec 2 gosses, le mari informaticien au chômage et la jeune femme asiatique qui refuse de travailler ... mais qui mange des darnes de saumon, des pâtisseries et des fraises (en cette saison !), on peut quand même se demander si ces gens sont vraiment dans la misère et méritent l'aide sociale. ABE

  • Marchal le 01.04.2011 15:47 Report dénoncer ce commentaire

    Soyons réaliste!!

    Ce la fait 18 ans que je travail au service de l'emploi.. J'ai assez dexpérience pour dire que la plupart des chômeurs sont toujours les même. Ça travaille 6 mois, une année puis retour au chômage. Je pense qu'on a a faire avec une génération que malgré le manque de qualifications n'accepte pas le faite d'avoir un travail 1er prix. Une dame de 38 ans a préféré aller dans une succursale a lausanne malgré une place dans le magasin de ça ville a Nyon. Elle ne voulait pas que ces connaissances la voient travailler dans un hyper marché. Drôle de mentalité!

  • Jean-Luc le 01.04.2011 12:43 Report dénoncer ce commentaire

    Emploi pour les chomeurs

    Il me parait essentiel que les canton mettent en place des "emploi" d'occupation pour les chomeurs,ceci aurait l'avantage que les personnes restent toujours actives,gardent l'habitude de se lever le matin pour travailler et ceci les motiveraient aussi à rechercher du travail.