France voisine

25 septembre 2012 06:50; Act: 25.09.2012 15:02 Print

Savoyards causants sur les autocollants

par Henri Della Casa/rle - Le Conseil général de Haute-Savoie s'explique après qu'un de ses citoyens s'est fait amender pour avoir collé sur sa plaque un sticker aux couleurs du département.

storybild

Yves Royet a depuis retiré son autocollant savoyard de sa plaque. (Photo: 20 Minuten)

Sur ce sujet
Une faute?

Amendé par la police genevoise pour avoir apposé un autocollant aux couleurs savoyardes sur sa plaque minéralogique («20 minutes» du 10 septembre), Yves Royet a-t-il été, comme plusieurs autres, victime d’une maladresse de son département? Le Conseil général de la Haute-Savoie a en effet distribué 110'000 écussons à ses administrés depuis fin 2008.

Il s'agit d'une manière de leur offrir «la possibilité de manifester leur attachement à leur territoire», alors que les nouvelles plaques d’immatriculation françaises mettent en avant la région plutôt que le département.

Ces autocollants peuvent ainsi être collés sur le pare-brise ou le coffre. Le hic, c'est que la dimension de ces stickers a incité de nombreux automobilistes à les fixer en lieu et place du logo régional. Cette méprise a coûté 180 francs à Yves Royet, habitant de Lucinges.

Lever toute ambiguïté

Le département voisin ne comprend pourtant guère le zèle des gendarmes genevois. «Nous sommes interpellés par cette interprétation stricte de la loi», déclare la porte-parole du Conseil général, Alexandra Carraz, précisant que l'écusson n'empêche aucunement la lecture de la plaque.

Parlant en outre d’une «regrettable confusion», l'autorité départementale n'a jamais conseillé aux automobilistes d'apposer l'écusson sur l'immatriculation.

D'après la cheffe du service de presse, ces autocollants continueront à être mis à la disposition du public, «compte tenu des nombreuses demandes qui nous parviennent». Mais la même source de nuancer: «Il est évident que, compte tenu des récents cas évoqués, nous serons attentifs à changer le format de l’écusson qui pose problème, pour lever toute ­ambiguïté.»