Maroc

12 avril 2019 08:31; Act: 12.04.2019 15:17 Print

Scandinaves tuées: 10 ans de prison pour un Genevois

Le trentenaire a été condamné jeudi au Maroc, notamment pour participation à une association terroriste, après l'assassinat de deux touristes en décembre dernier.

storybild

(Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Un Genevois a écopé de 10 ans de prison, jeudi au Maroc, dans le cadre du meurtre de deux Scandinaves, fin 2018. L'information, révélée par la RTS, a été confirmée par l'avocat de l'homme de 33 ans. Il va faire appel de ce verdict. L'homme de loi dénonce un jugement «choquant», «inacceptable» et «pas argumenté». Il souligne notamment que la seule pièce de l'accusation est un PV de la police rédigé en arabe, langue que son client ne parle pas.

Le trentenaire a été retenu coupable d'apologie du terrorisme, non-dénonciation de crimes et participation à une association terroriste.

Il a affirmé qu'il ne connaissait pas les islamistes suspectés du meurtre des deux touristes. L'homme, qui fréquentait la mosquée du Petit-Saconnex, a en revanche admis avoir été en relation avec des djihadistes partis de Genève pour aller combattre en Syrie (lire encadré). C'est sur cette base qu'il aurait été condamné.

Second Genevois pas encore jugé

Un autre Genevois, K., qui fréquentait lui aussi la mosquée du Petit-Saconnex, a été arrêté le 29 décembre au Maroc. Cet homme de 25 ans, de nationalités suisse et espagnole, est toujours incarcéré mais pas encore jugé. Selon sa mère, jointe par téléphone, la date de son procès n'a pas encore été fixée.

«J'ai vu mon fils en prison. Il va bien. Sa procédure n'est pas liée avec celle de N., l'autre Genevois qui vient d'être condamné. Une confrontation a eu lieu le 18 mars avec les suspects des meurtres. Ils ont expliqué n'avoir plus aucun rapport avec mon fils depuis deux ans, et ne l'avoir vu qu'à deux ou trois reprises avant cela. Ils affirment ne pas le connaître. Malgré cela, K. est toujours enfermé. Il n'y a pas de preuves, il n'y a rien. Je suis inquiète.»

Le journal «Kesh24», dans un article relatant l'audience de confrontation, indique notamment que les auteurs présumés du crime ont affirmé que K. n'était ni au courant de sa planification, ni impliqué dans son exécution.

Une vingtaine d'interpellations

Pour mémoire, une étudiante danoise de 24 ans et une étudiante norvégienne de 28 ans ont été tuées dans la nuit du 16 au 17 décembre dans le sud du Maroc, où elles étaient en vacances. Leurs corps ont été découverts sur un site isolé du Haut-Atlas, dans un secteur prisé des amateurs de randonnée. Les deux victimes ont été décapitées.

Les autorités marocaines ont interpellé une vingtaine de personnes pour leurs liens présumés avec le double meurtre, toutes présentées une première fois devant le juge d'instruction. L'affaire a suscité une vive émotion en Norvège, au Danemark mais aussi au Maroc. L'instruction du double meurtre est toujours en cours.

(ofu/jef/ats)