Genève

14 octobre 2016 20:32; Act: 14.10.2016 20:38 Print

Six mois de prison pour sa fausse alerte à la bombe

En retard, un passager du vol Genève-Moscou a fait immobiliser l'avion qu'il devait prendre jeudi, en lançant une fausse alerte à la bombe. Il écope de six mois de prison ferme.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Cointrin semble plaire aux plaisantins. L'été dernier, une femme qui pensait être trompée par son mari avait lancé une fausse alerte à la bombe afin d'empêcher la maîtresse de celui-ci de partir le rejoindre. Le niveau de sécurité autour de Genève Aéroport avait alors été fortement relevé. Jeudi, c'est un passager en retard qui a mis la police sur les dents.

Selon lematin.ch, un Indien installé dans le canton de Vaud a eu peur de rater son avion en partance pour Moscou, faute de temps. Il aurait cru bon de dire au guichet de la compagnie Aeroflot qu'une bombe se trouvait à bord dans l'espoir de retarder le décollage et de pouvoir ainsi embarquer.

Si l'avion a bien été cloué au sol, ce n'était pas pour le laisser monter à bord. Au contraire, les 115 passagers de l'Airbus ont dû descendre pour permettre aux démineurs d'inspecter minutieusement la carlingue. Les agents n'ont rien trouvé.

L'auteur de la mauvaise blague, lui, a été interpellé. Il écope de six mois de prison ferme, selon le Ministère public. Il a été reconnu coupable de «menaces alarmant la population».

Cette condamnation est tombée à l'issue de son audition. Il a été condamné par voie d'ordonnance pénale, qui peut faire l'objet d'une opposition, précise le Parquet dans un communiqué. Etant donné que la décision n'est pas entrée en force, l'homme est ressorti libre.

Le Ministère public précise également que le condamné a minimisé la portée de ses menaces lors de la procédure pénale.

(20 minutes)