Genève

12 janvier 2019 12:17; Act: 12.01.2019 11:38 Print

Trio de trafiquants internationaux condamné

par Léonard Boissonnas - Des peines de 7 à 12 ans et demi de prison ont été prononcées vendredi à l'encontre d'un couple et d'un complice pour leur implication dans un trafic d'héroïne.

storybild

L'affaire concernait une des plus importantes saisies réalisées en Suisse. (Photo: Keystone/Salvatore di Nolfi)

Sur ce sujet
Une faute?

Lourdes condamnations pour les trois individus jugés depuis lundi au Tribunal criminel de Genève. Les juges ont relevé la nature exceptionnelle du dossier, notamment en raison de la quantité importante de drogue sur laquelle portait l'affaire et les ramifications internationales du trafic.

Le prévenu principal, un Pakistanais de 46 ans vivant au Portugal, a écopé d'une peine de douze ans et demi d'emprisonnement pour sa participation à deux transports passés par la Suisse, à l'automne 2014.

Des kilos à destination des Pays-Bas

Près de 13 kilos d'héroïne blanche cachés dans le double-fond d'une valise avaient été saisis à l'aéroport de Zurich en octobre, tandis que plus de 19 kilos de la même drogue avaient été découverts dans un bagage à l'aéroport de Genève, le 1er novembre.

Dans les deux cas, la destination finale du trajet aérien était Bruxelles. La poudre aurait dû être ensuite acheminée par voie terrestre aux Pays-Bas, d'après le scénario retenu par les juges.

Organisation familiale

Selon leur verdict rendu vendredi, les preuves ont été apportées quant à l'implication du quadragénaire dans les deux convois, malgré ses dénégations. Pour les juges, il a joué un rôle de co-organisateur et de coordinateur dans ce trafic entre le Pakistan et l'Europe.

Les annotations figurant dans ses carnets, ses contacts téléphoniques avec divers protagonistes, ou encore ses nombreux voyages payés en espèces démontrent son «ancrage profond» dans une «organisation familiale», dont les profits sont concentrés dans son pays d'origine.

Sa faute a été qualifiée de «très lourde», puisqu'il a participé de manière soutenue à un trafic portant sur une «quantité singulière» de drogue. Néanmoins, le dossier n'a pas permis d'établir son rang au sein de la structure, a noté le tribunal.

Un rôle de mule

Son épouse, une Brésilienne de 32 ans, a été condamnée à sept ans d'emprisonnement pour sa participation au transport de l'héroïne saisie à Cointrin. Selon les juges, son rôle lors de son arrestation consistait en celui de simple mule. Toutefois, sa faute est «très conséquente». Elle apparaît être «durablement intégrée» dans le réseau au regard de ses liens, de ses déplacements et de sa téléphonie.

Son implication était «profonde», a estimé le tribunal, qui a par ailleurs relevé son comportement exemplaire en prison, où elle a suivi des formations en vue de ses projets professionnels après son incarcération.

Voyages à Bangkok ou à Amsterdam

Egalement condamné pour le convoi intercepté à Genève, le complice du couple, un Portugais de 58 ans, a écopé d'une peine de neuf ans de prison. Le calepin saisi sur lui, ses multiples trajets notamment à destination de Bangkok et d'Amsterdam, ses échanges téléphoniques, ainsi que les montants versés sur son compte bancaire démontrent son «ancrage durable» dans ce réseau de trafiquants.

Le jour de son interpellation au bout du lac, il était chargé de surveiller et contrôler la trentenaire pour s'assurer du transport de la drogue à Bruxelles. Tout comme pour l'accusé principal, les juges ont relevé son absence de collaboration à l'enquête. Il a livré des versions contradictoires pour expliquer sa présence à Genève, notamment contredites par les images de vidéosurveillance de l'aéroport. En outre, il avait déjà été condamné à l'étranger dans le cadre d'un trafic d'héroïne dans les années 2000. Sa faute est «très conséquente», a jugé le tribunal.