Suisse/France

15 avril 2019 08:50; Act: 15.04.2019 08:50 Print

Trio pincé à Lyon après un braquage avorté à Genève

par Richard Schittly - Deux hommes et une femme soupçonnés d’avoir menacé et frappé un agent de change en mars dans la Cité de Calvin ont été interpellés dans la capitale de Rhône-Alpes.

storybild

Le trio avait pris la fuite à la suite du déclenchement dune alarme. (Photo: iStock)

Sur ce sujet
Une faute?

Trois individus ont été interpellés par la police judiciaire de Lyon en fin de semaine dernière. Ils sont soupçonnés d’une violente attaque d’un bureau de change à Genève le 11 mars dernier. Déférés au Tribunal de grande instance de la capitale de la région Rhône-­Alpes, ils ont été mis en examen samedi pour «tentative de vol à main armée en bande ­organisée», appellation française du brigandage.

Gérant menacé et frappé

Selon l’enquête des agents de la brigade de répression du banditisme de Lyon, épaulés par leurs collègues suisses, les trois suspects sont soupçonnés d’avoir pénétré dans l’établissement, situé à la rue de Carouge, armés et les visages dissimulés, peu après l’ouverture vers 8 h 50. Une fois à l’intérieur, ils ont menacé et frappé le gérant pour le contraindre à passer dans une zone sécurisée. Mais une alarme s’est déclenchée et le trio a pris la fuite sans parvenir à ses fins.

Grâce à la vidéosurveillance

À partir des images de vidéosurveillance et de traces génétiques laissées sur place, les enquêteurs de la police judiciaire de Lyon ont réussi à identifier les protagonistes présumés, basés entre Vaulx-en-Velin et Vénissieux, dans la banlieue est de l’agglomération lyonnaise.

Il s’agit de deux frères et d’une femme, tous âgés d’une trentaine d’années. L’analyse de leurs téléphones confirmerait leur présence sur les lieux des faits. Les deux hommes ont été placés en détention après leur présentation au juge d’instruction. La jeune femme, qui a ouvert la porte sans être armée, est libre, placée sous contrôle judiciaire. Des investigations se poursuivent en Suisse pour déterminer si d’autres complices ont participé au méfait.