Suisse

19 juillet 2013 13:53; Act: 19.07.2013 13:59 Print

Un Genevois vise la présidence algérienne

Etabli à Genève depuis plus de 20 ans, Ali Benouari se lance dans la course à la présidentielle de 2014 en Algérie.

Une faute?

Ancien ministre dans son pays d'origine, il est aussi engagé politiquement en Suisse. Il est coprésident du PLR de Cologny (GE) et s'est notamment présenté aux élections fédérales de 2007.

Dans une interview publiée vendredi par les quotidiens «24 Heures» et «Tribune de Genève», Ali Benouari confirme son intention de se porter candidat. «Je n'avais pas prévu de l'annoncer depuis la Suisse, mais finalement c'est un beau symbole», note l'économiste de 62 ans.

«La Suisse est mon pays d'adoption et une grande démocratie. Je ne me lance pas par opportunisme, mais parce que je pense pouvoir insuffler de la modernité au débat», dit-il.

Elections libres

Le futur candidat se déclare persuadé que l'actuel président Abdelaziz Bouteflika, très malade, ne sera plus chef d'Etat en avril, «et c'est tant mieux. Son pouvoir était illégitime.»

Interrogé sur la possibilité d'une élection téléguidée par l'armée, M. Benouari soutient que «l'Algérie ne peut pas se satisfaire d'un tel scénario». «Nous allons probablement vers des élections libres», ajoute-t-il. «La question est de savoir comment éviter que les islamistes, qui pourraient l'emporter à nouveau, n'exercent le pouvoir à leur seul profit», souligne-t-il.

Consacrer la liberté de conscience

Partisan d'un régime parlementaire, Ali Benouari estime également que, même en Egypte, il aurait fallu «prendre le temps d'élaborer une Constitution». Le coup d'Etat militaire «n'est pas une bonne chose», dit-il.

Liberté de conscience

Et pour son pays natal, l'Algérie, «il faut bien que quelqu'un soulève la question de la liberté de conscience, qui doit être consacrée dans la Constitution».

Ali Benouari a fait partie du gouvernement algérien à l'aube de la guerre civile, comme ministre délégué au Trésor (1991-1992). Aujourd'hui, il préside à Genève une société de conseil industriel et financier. Il est également président de l'Association suisse des musulmans pour la laïcité.

(ats)