Genève

06 juillet 2018 09:59; Act: 06.07.2018 11:33 Print

Un autre fils du clan Obiang devant la justice

Après l'aîné, dont des bolides de luxe ont été saisis à Genève, le cadet de la famille Obiang est recherché. Il a notamment embouti une auto de police.

storybild

Deux des véhicules saisis par la justice genevoise, dans la procédure ouverte contre Teodorin Obiang, fils aîné du président de la Guinée équatoriale. Son frère cadet, Justo, est aujourd'hui recherché par la police genevoise, après avoir pris la fuite alors qu'il devait être hospitalisé en raison de graves troubles. (Photo: Keystone/Laurent Gillieron)

Sur ce sujet
Une faute?

L'homme, placé sous curatelle depuis un mois, devait être hospitalisé pour de graves troubles. Justo Obiang a préféré la fuite. Le 27 juin dernier à son domicile d'Anières, alors qu'il était avec son médecin, le fils cadet du président de Guinée équatoriale a fait faux bond à la police venue le chercher.

Il a pris le volant et dans sa course folle, il a d'abord percuté un véhicule des forces de l'ordre, puis une voiture privée avec à l'intérieur une femme et ses deux enfants, révèle «Le Temps». Heureusement, personne n'a été blessé. L'homme, toujours recherché, pourrait être réfugié à l'ambassade de son pays à Paris.

La famille Obiang, dont une partie des enfants ont grandi en Suisse et sont naturalisés, est bien connue de la justice genevoise. Le frère aîné, Teodorin, condamné en France, est aussi poursuivi en Suisse pour blanchiment d'argent. Une enquête a été ouverte en 2016, portant sur l'acquisition suspecte de deux yachts, dont la gestion été confiée à une société genevoise. Résultat: dix bolides de luxe appartenant à l'aîné de la fratrie ont été saisis sur le tarmac de l'aéroport en 2016, et treize autres voitures de prix dans des garages de la région.

La Guinée équatoriale, l'une des nations les plus pauvres du monde, avait expliqué qu'il s'agissait de voitures officielles du pays. Un argument que n'a pas retenu la justice suisse.

(dra)