Affaires de pédophilie

22 février 2011 08:47; Act: 22.02.2011 08:57 Print

Un avocat genevois accuse l’Eglise

Dix jours après le suicide d’un prêtre carougeois (GE) soupçonné d’actes pédophiles, un juriste estime que l’Evêché romand a jeté l’homme en pâture à la presse.

Sur ce sujet
Une faute?

Maître Jacopo Rivara est outré, et il l’a fait savoir au Diocèse de Lausanne, Fribourg, Genève. Dans un courrier adressé à Mgr Farine, administrateur du Diocèse, l’avocat genevois se plaint de la manière choisie par l’Eglise pour communiquer autour de l’affaire des prêtres accusés de pédophilie. En effet, le 9 février dernier, l’Evêché diffusait un communiqué de presse dans lequel il révélait deux cas dans les cantons de Vaud et Genève. Deux jours plus tard, l’un des deux ordonnés soupçonnés se donnait la mort.

«Il me paraît que les droits de la personnalité des prêtres ainsi jetés en pâture à la presse, de même que les droits de la personnalité des victimes de ces prêtres sont absolument violés par de tels communiqués imprudents et irréfléchis», s’insurge Me Rivara dans la missive que «Le Temps» s’est procurée. Le quotidien précise qu’au moment de son suicide, le prêtre carougeois n’avait pas encore été entendu par la police et que sa victime présumée ne désirait pas porter plainte contre lui.

Mgr Farine rejette ces accusations. «A un moment donné, les informations sont dans le domaine public», se justifie-t-il, tout en invoquant sa volonté de transparence dans les affaires de pédophilie.

(20 minutes)