Soupçons de fraude électorale

10 mai 2019 08:38; Act: 10.05.2019 12:02 Print

Ce que l'on sait de l'affaire qui ébranle Genève

par Jérôme Faas - Une perquisition a eu lieu jeudi au Service des votations. Un employé a été prévenu de fraude électorale. Elle porterait sur des années.

storybild

(Photo: Keystone/Salvatore di Nolfi)

Sur ce sujet
Une faute?

Un séisme politique frappe Genève. Des soupçons de fraude pèsent sur «plusieurs opérations électorales», selon le Ministère public. Ce dernier a diligenté jeudi matin une perquisition au Service des votations. Les malversations pourraient s’être étendues sur plusieurs années. Un employé de longue date a été interpellé. Il a été mis en prévention.

L’homme est soupçonné d’avoir agi sur des bulletins déjà remplis, envoyés dans le cadre du vote par correspondance. Le Parquet indique qu’il en aurait «détruit ou ajouté». Le suspect a été dénoncé par deux collègues, qui s’en sont ouvert en février à la Cour des comptes. Celle-ci a alors averti la justice. Les lanceurs d’alerte ont réitéré leur propos à la police.

Votations du 19 mai concernées?

Au terme de la perquisition effectuée en présence des employés, les enquêteurs ont emmené plusieurs sacs et bacs de documents. Ils auraient saisi des bulletins de vote remplis pour le scrutin du 19 mai, certains détruits, d’autres sortis du circuit habituel. «Je crois que cette fois-ci, à ce que j’en sais, c’est extrêmement grave», renchérit le député d’Ensemble à Gauche Jean Batou.

La Chancellerie, dont dépend le Service des votations, a indiqué qu’«aucun élément, à notre connaissance, en l’état, ne remet en cause l’intégrité et le bon déroulement du scrutin». Très copieux, lesté de très lourds enjeux, il est donc maintenu. Le Conseil d’État ne s’est pas exprimé.