Genève

05 décembre 2013 12:17; Act: 05.12.2013 15:09 Print

Un groupe propose de libéraliser le cannabis

Un groupe de travail interpartis propose de régulariser la culture, la distribution et la consommation de marijuana. Cette solution permettrait de contrôler le marché.

storybild

La culture de marijuana pourrait être autorisée sous contrôle durant trois ans. (Photo: Keystone)

Une faute?

Un groupe de députés genevois interpartis propose une expérience pilote: autoriser pendant trois ans dans le canton la culture, la distribution et la consommation de cannabis dans le cadre d'associations contrôlées, les «Cannabis Social Club».
Le projet pourrait être étendu à d'autres grandes villes suisses.

Combinée à une répression accrue du commerce, cette solution vise à limiter les effets du marché ouvert. Ce dernier génère de nombreux délits annexes qui pourrissent la vie des Genevois, a relevé jeudi le président du groupe de réflexion, le professeur de sociologie à l'Université de Genève Sandro Cattacin.

Composé de députés issus de tous les partis représentés au Grand Conseil, le groupe a livré un rapport sur son travail mené «de manière dépassionnée et dépolitisée» pendant un an et demi.

Son constat: «On ne fait que contenir le marché du cannabis, malgré des moyens policiers énormes engloutis dans la répression, à savoir quelque 200 millions annuels», a relevé Lydia Schneider Hausser (PS).

Rentrée dans les moeurs

En Suisse, la consommation de cannabis est non seulement répandue, mais traitée par le législateur au moyen d'une simple contravention. Son chiffre d'affaires s'élève à un milliard. Au niveau mondial, elle a été ou est en voie d'être libéralisée dans de nombreux pays, a-t-elle noté.

Le groupe a examiné quatre modèles expérimentés à l'étranger: la vente dans les magasins spécialisés, les coffee shops néerlandais, le modèle d'accès médical et les associations de consommateurs de cannabis (ACC), a expliqué Marie-Thérèse Engelbeerts, députée MCG.

Contrôle et prévention

La solution des ACC également appelées «Cannabis Social Club» a obtenu l'adhésion du groupe. Ce système existe en Espagne depuis 2002. Les consommateurs s'organisent en association. Ils s'acquittent d'une cotisation en fonction de leur consommation (autour de deux grammes par jour) qu'ils peuvent effectuer au club ou chez eux.

Des bénévoles et des professionnels participent à la vie du club à des fins de prévention. Les lieux de production sont tenus secrets. La police peut ainsi s'assurer que la production du collectif ne dépasse pas ses besoins de consommation et n'alimente un réseau maffieux, a indiqué Sophie Buchs (PDC).

Cela permet de contrôler la qualité des produits et leur teneur en THC et de séparer les marchés du cannabis et des drogues autrement plus dangereuses, a souligné Arnaud Moreillon, coordinateur du groupe de travail.

Suisse trop prudente

Le groupe est conscient de proposer un modèle qui transgresse les interdictions. «La Suisse est souvent trop prudente. On peut se satisfaire de la situation actuelle ou bien oser», a poursuivi Lydia Schneider Hausser. Ce sera un modèle contrôlé et en aucun cas une libéralisation du cannabis, a relevé le PLR Rolin Wavre.

Les modèles de consommation légale expérimentés ailleurs n'ont pas montré une augmentation du nombre de fumeurs ni de la quantité consommée. D'ailleurs, en Suisse, leur nombre est plus important (entre, 6,2 et 8,5% de la population) qu'aux Pays-Bas, où la consommation est tolérée.

Le groupe souhaiterait que ce projet pilote soit lancé en collaboration avec d'autres grandes villes suisses, afin de donner chair aux initiatives lancées par Bâle et Zurich, guère concrètes pour l'heure. Il espère obtenir une dérogation au niveau fédéral pour une période d'essai de trois ans.

L'UDC se désolidarise

Le groupe est conscient des limites du projet. Mais l'un de ses avantages est d'accroître l'efficacité de la police en lui permettant de se concentrer sur l'héroïne et la cocaïne.

Il s'agit d'un projet qui doit être discuté et affiné. Les partis genevois en ont pris connaissance, mais n'ont pas encore émis d'avis, à l'exception de l'UDC. La formation dont l'un des membres a suivi les travaux du groupe, n'ira pas plus loin avec un projet qui ne «vise qu'à libéraliser le cannabis».

(ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Monsieurtoutlemonde le 05.12.2013 13:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    la crise...

    légaliser le cannabis serait une idée ingénieuse. En effet, étant donné le nombre effarant de consommateurs, l'etat pourra aisément se faire une nouvelle source d'impôt en imposant une taxe. Les revenus générés par le cannabis se compteraient en millions. En ces temps de crise, ils ne savent plus quoi inventer pour avoir de l'argent. Alors en légalisant le cannabis, l'état y trouverait son compte, les consommateurs aussi et ceux qui en ont marre que certaines choses augmentent. En plus de l'argent, la légalisation empêchera les mafia d'importer du cannabis dans notre pays. Les dealers seront alors plus ciblés. La police pourra donc "se concentrer" sur les drogues qui sont vraiment dangereuses et non déployer des grands moyens pour quelques 300 grammes d'herbe. Bref ça serait tout benef

  • bob le 05.12.2013 13:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    weed

    legalize it !

  • mel ru le 05.12.2013 14:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    enfin des gens courageux...

    oui oui et oui je ne vois pourquoi il aura un quai 9 ou l'on accepte de consommee des drogues dur et pourquoi et il sera interdit de consommé de la marijuana dans certain lieu alors que 80% de la population en consomme ... vraiment amsterdam est la preuve que si on autorise les gens sont plua respectueux et il y aura moin de trafique vue que sa sera legal!!! parfois jme dit que les suisse sont lent..

Les derniers commentaires

  • Jofff le 05.12.2013 14:51 Report dénoncer ce commentaire

    Mouaai

    C'est logique de legaliser le Cannabis, vu que le tabac, largement plus nocif, est utilise partout

  • Ron Surmolle le 05.12.2013 14:50 Report dénoncer ce commentaire

    Oui, 2 plantes par personne de +21 ans

    Oui, je suis d'accord, pour autant que la culture soit limitée à 2 plantes par personne de plus de 21 ans. C'est sans doute le seul/meilleur moyen de "casser" le lien entre le consommateur et les dealers qui, à la première occasion, tenteront de vendre des produits bien plus dangereux. Je ne suis pas consommateur (ou TRÈS rarement = 1 pétard tous les 2 ans...) et opposé aux drogues ! Mais, il y a env. 15 ans j'ai eu quelques plantes dans mon jardin qui m'ont permis d'aider deux héroïnomanes (famille) de "guérir" définitivement grâce à "mon" herbe...

    • Donde Don le 05.12.2013 16:23 Report dénoncer ce commentaire

      Mon Dieu ce qui faut pas lire!!!

      Pas de sens... Tu fais quoi avec 2 plantes dis moi? Tu recommences direct une récolte après la première pour ne pas en manquer et tu es déjà en infraction vu que tu en possèdes plus... Réfléchis avant de raconter n'importe quoi! PS : On n'est pas au States on est en Suisse!!! 18 ans = adulte...

  • pitié pour la le 05.12.2013 14:27 Report dénoncer ce commentaire

    MONDE

    Ah ouais vous en êtes encore là....Arrêtez de fumer.....ouvre toi au MONDE

  • jean latour le 05.12.2013 14:22 Report dénoncer ce commentaire

    jamais!

    Hé ben nous voilà tombé bien bas... Ces personnes qui veulent libéraliser de telle substance, c'est qu'elles en consomment et ne veulent pas être inquièté...

    • John Dhoef le 05.12.2013 14:55 Report dénoncer ce commentaire

      Ouvre les yeux

      Tu ne dois sans doute pas connaitre la problématique, on parle ici de cannabis, pas d'heroïne. Le cannabis (ou chanvre) a été prohibé dans le monde par les USA car les esclaves noirs et latins en consommaient (mal vue par la communauté blanche). Alors qu'on parle quand même de l'une des plus ancienne forme de médecine... Et on assiste maintenant à une marche arrière de l'oncle Sam qui commence à le dépénaliser voir même le légaliser. Pas de raison que le reste du monde ne suive pas, c'est eux qui dictent les loies.

  • Payi Vince le 05.12.2013 14:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    SiSi

    Aight !!