Genève

17 mai 2012 20:00; Act: 17.05.2012 20:02 Print

Un jeune cubain se retrouve coincé en Suisse

par Raphaël Leroy - Joakelin ne peut plus rentrer chez lui. La Havane interdit tout retour après 11 mois à l’étranger. Problème: il n’a plus de papiers valables.

storybild

Le ressortissant est dans une situation inextricable. (Photo: rle)

Une faute?

C’est l’histoire d’un conte de fée qui vire au cauchemar. Joakelin, ancien officier de l’armée cubaine de 27 ans, rejoint la Suisse en novembre 2010 pour y retrouver son épouse.

Cette Equatorienne de 41 ans travaille à l’OMC à Genève, ce qui leur permet de bénéficier d’une carte de séjour. «Ma femme me promettait une nouvelle vie avec études et travail, raconte le jeune homme. J’ai pris le risque.»

A la rue, sans travail ni logement

Mais moins de cinq mois plus tard, le couple se sépare. Joakelin est jeté à la rue, sans emploi, ni logement. Une procédure de séparation est engagée. Sa situation empire encore le 1er juin 2011, date d’expiration de sa carte de légitimation. Le Cubain devient un sans-papiers.

Attendant le verdict de séparation, qui tombera le 9 décembre, il fait le choix de rester à Genève. «Je voulais croire que la situation pouvait s’arranger.» Le jeune homme tente finalement de rentrer à Cuba, où vit sa petite fille.

Pas plus de 11 mois en dehors de Cuba

Problème: les lois migratoires de son pays l’en empêchent. «Tout ressortissant cubain ne peut plus revenir chez lui, passé 11 mois à l’étranger», fait-on valoir à l’ambassade de Cuba à Berne. «J’hésite même à demander l’asile en Suisse car cela exclut tout retour à Cuba même pour une courte durée», déplore Joakelin.

L’homme se retrouve donc coincé en Suisse, sans toit, et sans possibilité de trouver du travail. «Je suis désespéré, se lamente celui qui vit dans une cave. J’ai été partout et personne ne peut rien faire. Je compte entreprendre une grève de la faim pour dénoncer mon cas.»