Procès à Genève

30 mars 2011 14:00; Act: 30.03.2011 14:10 Print

Un parcours de vie chaotique pour l'accusée

Mercredi, au troisième jour du procès devant le Tribunal criminel de Genève des deux assassins présumés d'une jeune femme enceinte, le parcours chaotique de l'accusée a été évoqué.

Sur ce sujet
Une faute?

L'accusée a eu une vie marquée par de nombreuses pertes. La première a eu lieu à 2 ans, quand sa mère et les enfants ont été chassés de la maison par son père, qu'elle n'a revu qu'à l'adolescence lors d'un voyage au Pérou, a indiqué une amie de la famille. Souffrant de la tuberculose, victime d'un abus sexuel à 5 ans, elle a perdu son frère et une amie à l'adolescence et subi des violences physiques de la part de son beau-père.

En réponse aux questions de Me Vincent Spira, un des avocats de l'accusée, cette amie a décrit une personne qui ne montre pas sa tristesse et «fait un effort pour paraître sereine.» «Très naïve» et «aveugle», a dit sa grand-mère, qui a raconté à la barre que l'accusée tenait à ce que son fils, âgé d'un an et demi au moment du crime, ait un père, alors que son compagnon la maltraitait.


Corps caché

Le couple est accusé d'avoir tué, dans la nuit du 2 au 3 novembre 2007, l'amante de l'homme, aujourd'hui âgé de 28 ans, alors qu'elle était enceinte de quinze semaines. Conformément à leur plan, il a l'emmenée dans la zone industrielle de Vernier (GE), où il l'a étranglée après un rapport sexuel. Les deux accusés ont ensuite caché le corps dans la forêt fribourgoise de Stockera.

Le procès se poursuit mercredi après-midi avec l'audition de témoins de moralité de l'accusé. Les avocats plaideront jeudi et le verdict sera rendu vendredi après-midi. L'homme et la femme sont aussi accusés d'interruption non volontaire de grossesse et de profanation de cadavre.

(ats)