Genève

25 février 2019 13:20; Act: 25.02.2019 13:32 Print

Un permis professionnel pour les policiers?

Face à la multiplication des condamnations pour excès de vitesse lors d'interventions policières, certains veulent assouplir la loi. D'autres imaginent un permis spécifique.

storybild

Les excès de vitesse des policiers n'échappent pas au couperet de la justice. (Photo: Keystone/Martial Trezzini)

Sur ce sujet
Une faute?

Ces derniers mois, les cas de policiers poursuivis pour des excès de vitesse en intervention se sont multipliés, relève lundi la «Tribune de Genève». A l'image de ce policier genevois, dont la peine de 120 heures de travail d'intérêt général et 600 francs d’amende vient d'être confirmée par le Tribunal fédéral. En 2015, prenant en chasse les auteurs présumés d'un casse à Plan-les-Ouates, il avait roulé 42 km/h au-dessus de la limite. Les juges ont considéré que le conducteur devait adapter sa vitesse pour ne pas mettre en danger la vie d’autres personnes.

Plusieurs en appellent à un assouplissement de la loi pour les policiers, comme le conseiller national PLR Christian Lüscher, qui veut se saisir du problème. De son côté, le président du syndicat de la police judiciaire Frédéric Mulmann émet une idée: l’introduction d’un permis professionnel pour les forces de l’ordre et les urgentistes. Selon lui, les infractions commises l’étant dans le cadre d’une mission professionnelle, il serait plus juste que le retrait de permis ne s’applique pas en dehors de ce champ. Ainsi, explique-t-il, l’agent condamné ne perdrait pas aussi le droit de conduire quand il ne travaille pas. Toutefois, une telle mesure ne pourrait être introduite qu’avec une révision de la Loi sur la circulation routière, sous la Coupole fédérale.

(leo)