Genève

08 juillet 2014 21:00; Act: 08.07.2014 21:11 Print

Un record de vols de nuit épuise les riverains

par Julien Culet - Le ciel genevois a été particulièrement chargé après 22 h, le mois dernier. Les voisins de la piste grognent.

storybild

Après 22h, une surtaxe est appliquée aux gros porteurs les plus bruyants. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

«En juin dernier, l’Aéroport de Genève a pulvérisé son record de nombre de vols de nuit.» Mike Gerard est exaspéré. Selon les calculs du président de l’Association des riverains de Cointrin, il y a eu un pic de mouvements dans le ciel genevois le mois dernier. Avec 936 vols, la marque établie à 889 en juillet 2013 a été effacée. L’aéroport confirme cette augmentation. «Entre janvier et fin mai nous étions en baisse par rapport à 2013. Mais, à fin juin, nous sommes à +1,3% de vols entre 22 h et 6 h du matin», indique Aline Yazgi, chargée des relations extérieures. Après 22 h, il n’y a normalement plus de décollage mais les atterrissages sont autorisés jusqu’à minuit, heure de fermeture de l’aéroport. En cas de retard important un délai d’une demi-heure est accordé. La piste rouvre à 6 h.

Mike Gerard s’est indigné de ce pic dans un courrier des lecteurs de la «Tribune de Genève». Yvan Rochat, conseiller administratif de Vernier s’est également aperçu d’une hausse. «En tant qu’habitant, j’ai aussi constaté des vols plus fréquents tard le soir.» Il entend bien demander des explications à l’aéroport.

Genève-Aéroport justifie ce pic par un mois de juin exceptionnel. «Il y a notamment eu de gros orages. Quand il y a une alerte foudre, nous devons arrêter l’activité pendant un certain laps de temps, explique Aline Yazgi. En plus de cela, les contrôleurs aériens français se sont mis en grève. La conjonction de ces événements a entraîné des retards qui se sont répercutés après 22 h.» Moins de soucis toutefois à partir de 23 h car la baisse de début 2014 s’est poursuivie.