Genève

08 novembre 2019 22:08; Act: 10.11.2019 11:15 Print

Nouvel incident avec une porte d'un train des CFF

par David Ramseyer - L'entrée d'un wagon est restée ouverte, jeudi au départ de Genève. Il s'agit du troisième dysfonctionnement de ce type en une semaine.

Sur ce sujet
Une faute?

Le problème survenu ce jeudi dans le train de 19h02, parti de Genève Aéroport direction Lausanne, est un copié-collé de celui rencontré le vendredi précédent (01.11.2019) dans un InterRegio entre Genève et Nyon (VD). Hier (ndlr: jeudi 7 novembre), au départ de la gare Cornavin, la porte d'un wagon est restée ouverte pendant une quinzaine de minutes, alors que le convoi roulait à pleine vitesse.

«J'étais assis à côté de l'ouverture, je me suis assuré que personne ne s'en approche, notamment un enfant, s'émeut Beat, un Bernois qui rentrait d'un voyage à l'étranger. Après environ un quart d'heure, une contrôleuse est venue fermer la porte. J'ai évidemment pensé aux autres incidents du même genre rencontrés par les CFF ces derniers temps.»

Outre la défaillance technique enregistrée entre Genève et Nyon il y a pile une semaine, le même jour, une porte était aussi restée ouverte dans un train en Argovie. Dans ce dernier cas, le wagon défectueux était du même type que celui sous le feu des critiques après un accident mortel, cet été à Baden (AG). Un agent ferroviaire avait perdu la vie après être resté coincé dans une porte.

«Pas de problème général de sécurité»

Les CFF, qui confirment le dysfonctionnement de ce jeudi, précisent qu'au départ de Cornavin, «un agent sur le quai a vu qu’une des portes était entre-ouverte. Il a aussitôt appelé le personnel du train pour qu’il s’arrête peu après le départ de la gare, pour refermer le dispositif. Le train a pu ensuite repartir. Une enquête a été ouverte». Il s'agira notamment d'analyser si le système de contrôle, des éléments techniques ou d'autres causes peuvent être à l'origine du problème.

Concernant ces trois incidents en une semaine, «les voitures sont dans ces cas-là systématiquement sorties du circuit afin de subir des vérifications complètes», précise Jean-Philippe Schmidt, porte-parole de l'ex-régie fédérale. Cette dernière indique ne «malheureusement ne pas pouvoir donner d’éléments supplémentaires: les résultats de ces contrôles ne sont pas encore connus». Les CFF ajoutent enfin que les systèmes de fermeture incriminés ne sont pas tous les mêmes.

Face à cette accumulation de défaillances, l'ex-régie juge qu'il est trop tôt pour tirer des conclusions. Y'a-t-il danger pour les passagers? «Nous restons évidemment attentifs à la situation, répond Jean-Philippe Schmidt. La sécurité des voyageurs et du personnel est au centre de nos préoccupations. Si nos investigations décelaient un problème général de sécurité, nous prendrions tout de suite les mesures nécessaires, mais ce n’est pas le cas aujourd’hui».