Genève

26 novembre 2008 14:13; Act: 26.11.2008 14:37 Print

Un trésor du XVIe siècle découvert aux puces

Par un hasard extraordinaire, un historien du calcul a découvert au marché aux puces de Plainpalais, à Genève, un traité de mathématiques publié à Berne en 1619.

Une faute?

Cet ouvrage, véritable somme des connaissances de l'époque, était inconnu des spécialistes.

Oeuvre d'un patricien bernois, Johann Rudolf von Graffenried, le livre, complet et en bon état, compte quelque 750 pages. Il a été acheté à un pucier pour 200 francs par Alain Schärlig, ancien professeur à l'Université de Lausanne et auteur de plusieurs ouvrages sur l'histoire des mathématiques, qui l'a présenté mercredi aux médias.

Publié à compte d'auteur, sans doute à peu d'exemplaires, le livre a passé inaperçu malgré la valeur de son contenu. Même s'il en existe une douzaine d'exemplaires dans des bibliothèques en Suisse, en Allemagne et en France, il ne fait l'objet d'aucune citation dans la littérature scientifique, a relevé M. Schärling, qui vient de publier un ouvrage pour tirer le traité de l'oubli.

Écrit à une époque charnière où les chiffres arabes commençaient à s'imposer dans l'espace germanophone, l'ouvrage, en langue allemande mêlée de latin et en caractères gothiques, est truffé d'exemples pratiques d'additions, soustractions, multiplications et divisions. Il pouvait servir par exemple à des commerçants et à des administrateurs.

L'auteur, un notaire qui dit avoir appris l'arithmétique «tout seul et par la grâce de Dieu», s'y décrit comme un compilateur présentant les différents systèmes de calcul connus à son époque. Mais lui-même apporte quelques améliorations, notamment dans la manière de noter les décimales.

«Compter en 1619. Le livre d'arithmétique de Johan Rudolff von Graffenried», d'Alain Schärig, est paru aux Presses polytechniques et universitaires romandes.

(ats)