Arrestation

03 octobre 2011 12:23; Act: 03.10.2011 15:43 Print

Une Genevoise sous les verrous à Zurich

Des jeunes qui auraient participé aux émeutes mi-septembre à Zurich sont sous les verrous depuis plus de quinze jours. Une Genevoise se trouve parmi eux. Des parents se mobilisent pour l'aider.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Durant les affrontements qui sont survenus à Zurich entre la police et des casseurs dans la nuit du 17 au 18 septembre, douze jeunes ont été arrêtés et se trouvent encore actuellement en prison.

Selon «Le Courrier», une Genevoise qui étudie à Zurich se trouve parmi les jeunes encore emprisonnés. Aucune preuve de sa culpabilité n’a pu être démontrée. Des parents se sont mobilisés pour tenter d’aider sa famille. «Aucun de nos enfants ne décrit cette jeune femme comme une activiste ou émeutière potentielle. Nous trouvons aberrant qu’elle soit emprisonnée depuis bientôt deux semaines sans la moindre preuve.»

«Détention coercitive»

Selon l’avocat de cette demoiselle, Claude Hentz, la police garderait les personnes qui nient les faits qui leur sont reprochés. «Je sais de source sûre qu’un jeune qui avait un examen le lundi a fini par admettre pour pouvoir partir. Il s’agit d’une détention coercitive inadmissible pour forcer les aveux.» Il ajoute que sa cliente risque un blâme dans son école et que son passeport étranger pourrait également poser un problème.

Le procureur en charge de l’enquête, Daniel Kloiber, réplique: «Les détentions ne sont absolument pas disproportionnées, les juges se prononçant sur la détention préventive avaient assez d’éléments à charge.» Il ajoute que le risque de discussions entre jeunes, pour trouver une version commune, existe réellement et qu’il justifie cette détention.

UDC très présente à Zurich

Selon l’avocat, le climat politique actuel est très préoccupant. «Je crois que le fait que Zurich se trouve être un haut lieu de l’UDC joue un rôle dans cette volonté de sévérité de la justice. La pression publique est forte, les juges et la police y répondent de façon disproportionnée.»

(fkh)