Genève

10 octobre 2013 14:49; Act: 10.10.2013 14:52 Print

Une application pour payer son parking à distance

par Sarah Zeines - Dans quatre parkings de la Ville, les automobilistes peuvent désormais payer leur stationnement en ligne.

storybild

L'application va changer la vie des conducteurs genevois. (Photo: saz)

Une faute?

Payer son stationnement à distance, c’est désormais possible. Lancée le 10 octobre par la Fondation des parkings, l’application «Pay by Phone» va changer la vie des automobilistes citadins. En phase test jusqu’au 31 mars 2014, le nouveau mode de paiement est effectif dans un premier temps dans quatre parkings de la Ville: celui des Coudriers, de la Battelle, du Pré-Bois et de la Voie-Centrale. «L’application présente de nombreux avantages, se réjouit Xavier Perez, chef de projets à la Fondation des parkings. La pluie et la recherche de monnaie, notamment, ne sont plus des obstacles au paiement.»

Paiement simplifié

Pour accéder au nouveau mode de paiement, l’automobiliste n’a qu’à remplir un petit formulaire en ligne sur le site paybyphone.ch. Une fois les numéros de sa plaque et le temps de stationnement enregistrés sur le site, le prix du parking est automatiquement déduit de sa carte de crédit Visa ou Mastercard. «Nous avons voulu minimiser l’aspect contraignant du système en ligne», indique le chef de projets.

Afin de faciliter le paiement, une tarification simplifiée a par ailleurs été mise en place: 1 franc l’heure jusqu’à trois heures de stationnement, puis deux francs de l’heure. Entre 19 heures et 7 heures, le parking est gratuit. L’arrêt du compteur, quant à lui, peut se faire en ligne, en temps réel.

Usage de la fonction stop

Si le système est encore en phase pilote, c’est qu’il comporte toujours un petit bémol: «Une personne qui souhaite arrêter, puis réenclencher le compteur, peut le faire à distance dans un délai de dix minutes, explique Xavier Perez. Cela dit, les agents peuvent toujours vérifier le temps de stationnement.» En clair, si les agents ne vérifient pas les voitures durant ces dix minutes, il est difficile de prouver la fraude. Cela peut donc devenir un moyen pour certains d’économiser un peu d’argent sur le tarif global. «Le test nous permettra de voir l'usage qui est fait de cette fonction», précise toutefois le chef de projets.

Système généralisé

A terme, la Fondation compte généraliser le paiement en ligne, qui fait déjà un carton dans d’autres pays: «Aux Etats-Unis, au Canada, ainsi que dans plusieurs pays européens, ce type d’application existe depuis plusieurs années, relève le chef de projets. Notre application s’inscrit donc dans une suite logique de cette tendance et répond à une véritable demande de la part des consommateurs.»

Le déploiement à d’autres zones de stationnement dont le paiement est géré par des horodateurs pourrait survenir dès 2015. Des systèmes similaires existent déjà dans d’autres villes suisses.