Ville de Genève

28 juin 2018 14:40; Act: 29.06.2018 10:11 Print

Une chasse au trésor numérique pour le 1er août

La Municipalité organisera les festivités de la fête nationale au parc La Grange. Au menu, accordéon, sport, photographie et jeu de piste digital.

Voir le diaporama en grand »

Une faute?

Une chasse au trésor en réalité augmentée dans le parc La Grange, sur le modèle du jeu Pokémon Go qui conquit le monde durant l’été 2016 : voici la nouveauté de la fête du 1er août de la Ville de Genève, à nouveau organisée dans le grand parc de la rive gauche en cette année de mairie de Sami Kanaan, déterminé à placer son règne sous le signe du numérique.

L’idée développée par Benoît Renaudin, jeune artiste de la HEAD, consiste à placer le joueur dans la peau d’un archéologue en 3018. Charge à ce dernier d’explorer tous les recoins de La Grange (en y flashant des balises disséminées çà et là) pour y retrouver le trésor des Sessuis (Suisses en verlan). L’application, «Août», en phase de développement, permettra de réaliser différentes quêtes dans le parc cet d’y résoudre des énigmes, jusqu’au fameux trésor. «Notre volonté, c’était de faire un jeu très populaire, accessible à tous dès 7 ans», explique le concepteur. Selon lui, deux ou trois heures sur place sont nécessaires pour l’achever, notamment car il s’agit de marcher.

L’application sera donc disponible dès le 1er août, et jusqu’à la fin du mois en tous les cas. Voilà pour la partie numérique. Pour le reste, la Ville de Genève a invité deux hôtes d’honneur, le CERN – «lieu d’innovation qui s’ouvre de plus en plus à la Cité et fait partie intégrante de notre ville de science et de culture», a noté le maire, lui-même physicien de formation – et la Ville de Bienne – «lacustre, métissée, horlogère», et où le magistrat a passé sa maturité.

Le programme musical s’articulera autour des musiques folkloriques, et plus particulièrement l’accordéon sous toutes ses formes. Les festivités débuteront dès 13 heures, avec également des animations pour les enfants, une exposition photographique et des propositions sportives, telles qu’un atelier avec les joueuses de l’académie de football de Bienne. «Je désirais un programme très grand public et cosmopolite», a indiqué le maire Sami Kanaan, insistant sur sa fascination pour une ville, Genève, qui compte 70% d’habitants possédant au moins un passeport étranger.

(jef)