Genève

20 avril 2016 10:24; Act: 20.04.2016 10:44 Print

Une régie se fait rançonner ses données en bitcoin

Des hackers ont fait chanter un patron genevois. Une demi-douzaine de sociétés du bout du lac ont été touchées depuis le début de l'année.

storybild

Le bitcoin est une monnaie virtuelle surtout utilisée sur le darknet, ou l'internet dit «invisible». (Photo: Keystone/AP/Rick Bowmer)

Sur ce sujet
Une faute?

Un fichier corrompu attaché à un mail, une secrétaire qui l'ouvre et toutes les données de l'entreprise se retrouvent bloquées. C'est la mésaventure qu'a connu une régie genevoise en mars, rapporte «Le Temps». Le patron a ensuite reçu un message lui réclamant 1800 francs par ordinateur touché pour avoir de nouveau accès aux données. Il était aussi précisé qu'il faudrait vingt ans pour déchiffrer les fichiers sans la clé des malfrats. Une rançon à payer en bitcoin. Il s'est exécuté en versant la somme en cash à une borne dédiée à la monnaie virtuelle, aux Pâquis.

Au final, seul un ordinateur a été infecté, mais le responsable estime le préjudice subi à environ 20'000 fr, pour avoir notamment dû cesser l'activité de sa gérance temporairement. Il a déposé plainte. La brigade de répression du banditisme genevoise indique qu'il y a déjà eu cinq à six affaires similaires depuis le début de l'année au bout du lac. Les entreprises touchées sont généralement des PME, pour des rançons allant de 300 à 3000 fr.

A Berne, la centrale d'enregistrement et d'analyse pour la sûreté de l'information recommande aux sociétés de ne pas céder aux exigences des pirates. Rien n'indique en effet qu'ils rendront l'accès aux données. Les autorités craignent également que verser une rançon encourage les malfrats à continuer leurs basses besognes.

(jcu/20 minutes)