Genève

11 novembre 2014 08:52; Act: 13.11.2014 16:36 Print

Une société n'emploie que des stagiaires à l’œil

Une entreprise active dans la notation éthique des entreprises a utilisé 600 stagiaires en dix ans. Des piges gratuites. Seuls les patrons de la boîte sont rémunérés.

Une faute?

Les deux patrons de Covalence se déclarent conscients que leur activité soulève un dilemme éthique. S'ils sont parvenus à faire tourner depuis dix ans leur société, c'est n'est qu'en offrant des stages non payés à des jeunes gens, rapporte la «Tribune de Genève». Quelque 600 étudiants ont ainsi œuvré gratuitement pour cette entreprise créée en 2002. Or, leur travail consiste précisément à évaluer les qualités éthiques des firmes.

Depuis ses débuts, Covalence possède toujours le même nombre de salariés: deux, ses patrons et cofondateurs. En 2013, 42 stagiaires y ont collecté sur le net des données sur les différentes sociétés observées. Un nombre en hausse cette année. Leur mission? Utiliser ensuite des éléments tels que la fiscalité, le respect de l'environnement ou les conditions de travail pour attribuer une note de moralité aux différentes entreprises.

En plus de ne pas être rémunéré, le travail serait répétitif, selon les jeunes gens interrogés par le quotidien genevois. L'un d'eux décèle ainsi «une contradiction fondamentale entre les valeurs qu'ils essaient de transmettre et leurs conditions de travail». L'un des patrons rétorque que si Covalence payait ses stagiaires, elle disparaîtrait. Ce grand écart, il explique «devoir vivre avec». Il indique enfin que son associé et lui-même ne se versent pas de paies supérieures à 6000 francs net par mois.

(jef)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Un autre patron le 11.11.2014 13:41 Report dénoncer ce commentaire

    Activité

    Cher patron, si au bout de 10 ans ta boutique de service ne te permet pas de dégager plus de 150'000.- annuels en masse salariale, faudrait un peu revoir ton business model...

  • Ciao Bonne le 11.11.2014 13:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ce ne sont pas les seuls

    Malheureusement ce genre de pratiques sont très courantes en Suisse. Beaucoup de patrons utilisent les stagiaires comme "main d'uvre bon marché". Triste constat dans un pays comme le notre.

  • Eboueur le 11.11.2014 13:43 Report dénoncer ce commentaire

    Des ordures

    Si la seule manière de tourner est d'exploiter, mieux vaut fermer l'entreprise car le but d'une d'elle est de faire du bénéfice!!!

Les derniers commentaires

  • Ethique le 11.11.2014 14:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Honteuse pratique - 720'000 francs de revenu sur l

    Avec ce type de justification, Covalence devrait avoir la décense de promettre de remedier à ce type de mauvaise pratique. Je me demande ce que valorise les étudiants de leur stage réellement vu que le service proposé est une simple récolte de donné sur internet sans analyse et donc valeur ajouter... Il me manquerai plus que les dirigeants réalise et facture des mandats dans le publique ou le monde associatif .. ABE

  • Marc le 11.11.2014 14:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pas normal!

    Pas de paies de plus de 6000.-, ms combien de dividendes?!!!

  • Eboueur le 11.11.2014 13:43 Report dénoncer ce commentaire

    Des ordures

    Si la seule manière de tourner est d'exploiter, mieux vaut fermer l'entreprise car le but d'une d'elle est de faire du bénéfice!!!

  • Un autre patron le 11.11.2014 13:41 Report dénoncer ce commentaire

    Activité

    Cher patron, si au bout de 10 ans ta boutique de service ne te permet pas de dégager plus de 150'000.- annuels en masse salariale, faudrait un peu revoir ton business model...

  • Ciao Bonne le 11.11.2014 13:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ce ne sont pas les seuls

    Malheureusement ce genre de pratiques sont très courantes en Suisse. Beaucoup de patrons utilisent les stagiaires comme "main d'uvre bon marché". Triste constat dans un pays comme le notre.