Vie nocturne à Genève

16 octobre 2010 12:16; Act: 16.10.2010 12:23 Print

Unger cherchait une solution pour le Moa

«J'espérais une autre solution jusqu'au dernier moment», indique le conseiller d'Etat genevois Pierre-François Unger samedi dans une interview à la «Tribune de Genève».

Sur ce sujet
Une faute?

Le chef du département de l'économie Pierre-François Unger indique que le Moa Club pourra rouvrir si les conditions sont remplies. «Le Moa a travaillé pour améliorer la situation, mais ne respecte pas encore la loi», souligne-t-il. Le Grand Conseil a invité jeudi le Conseil d'Etat à rouvrir rapidement le club de Vernier après avoir ordonné sa fermeture il y a dix jours pour des raisons de sécurité. Le conseiller d'Etat Mark Muller, responsable des Constructions, était opposé à cette décision.

La fermeture de Weetamix, une autre boîte de nuit très populaire auprès des jeunes, a aussi été décidée pour les mêmes raisons. «Nous appliquons la loi de manière plus rigoureuse», justifie Pierre- François Unger, qui refuse de parler de «tour de vis».

Plus généralement, Pierre-François Unger considère «qu'il aurait fallu préparer plus tôt cette entreprise à affronter les conséquences de son succès» et «vérifier plus vite que les divers partenaires étaient sur la même longueur d'onde.» Or le propriétaire des lieux a résilié le bail du club.

Le conseiller d'Etat a cherché pendant un an des locaux pour le Moa Club, via la fondation pour les terrains industriels qu'il préside, en vain. «Les zones industrielles devraient pouvoir accueillir plus de monde et donc être plus denses», estime-t-il, à l'instar d'une majorité des députés.

(ats)