Genève

01 décembre 2019 18:18; Act: 01.12.2019 18:19 Print

VIH: en bonne voie pour le contrôle de l'épidémie

Genève a dépassé les espérances fixées par l'ONU pour soigner les personnes infectées par le VIH et éviter de nouvelles contaminations.

storybild

(Photo: Keystone)

Une faute?

Genève a réussi à honorer les objectifs fixés pour 2020 par ONUSIDA. Le canton, qui dépasse même les valeurs sur deux des trois critères établis par le dispositif onusien, s'est félicité dimanche le département de la sécurité, de l'emploi et de la santé (DSES) qui appelle à maintenir cet effort.

Grâce au traitement antirétroviral, l’espérance de vie des personnes vivant avec le VIH est aujourd’hui presque comparable à celle des personnes séronégatives, et une personne sous
traitement antirétroviral efficace ne transmet pas le virus, y compris lors des rapports sexuels.

Au vu de ces constats scientifiques, ONUSIDA a formulé en 2013 l’objectif « 90-90-90» pour 2020. A l’horizon 2020, 90% de toutes les personnes infectées par le VIH dépistées reçoivent un
traitement antirétroviral durable. A l’horizon 2020, 90% des personnes recevant un traitement antirétroviral ont une charge virale durablement supprimée.

A Genève, le premier critère s'établit désormais à 90%. Les deux autres sont de 96% et 94%, a expliqué le DSES dans le cadre de la Journée mondiale contre le sida. Le canton relève également l'«excellente collaboration» entre les institutions, les médecins et laboratoires de ville, les Hôpitaux universitaires genevois (HUG) et les associations. Le nombre de nouveaux diagnostics était largement en recul en 2018 à Genève. Le programme d’accès à la prophylaxie pré-exposition PrEP (PrePared) permet d’augmenter le nombre de personnes bénéficiant d’un traitement préventif,
leur évitant ainsi d’acquérir le virus du SIDA.

(ats/ 20 minutes)