Gouvernement genevois

21 novembre 2019 23:39; Act: 22.11.2019 07:07 Print

Vers un retour à une présidence tournante

Le peuple aura le dernier mot sur cette modification constitutionnelle et validera ou non ce retour à la présidence tournante.

storybild

Le Conseil d'État élu en 2018, au moment de prêter serment. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

À Genève, la fin de la présidence unique du Conseil d'État durant toute la durée de la législature se dessine. Le Grand Conseil a voté jeudi soir deux projets de loi pour revenir au système de tournus annuel qui était en vigueur jusqu'à fin 2012.

Le peuple aura le dernier mot étant donné qu'une des lois est d'ordre constitutionnel. La présidence unique avait été introduite par la nouvelle Constitution, à l'instar de la pratique vaudoise ou de Bâle-Ville. Le PLR François Longchamp avait été le premier président unique de 2013 à 2018. Cette tâche était ensuite revenue à Pierre Maudet. Empêtré dans l'affaire de son voyage à Abou Dhabi, le conseiller d'État avait été très rapidement remplacé par le Vert Antonio Hodgers.

L'exécutif s'est toujours exprimé contre une présidence unique, même avant l'éclatement de l'affaire Maudet. C'est d'ailleurs le Conseil d'État qui a proposé ces projets de loi. «Le Conseil d'État est une instance collégiale qui implique que tous les membres sont égaux», a souligné Antonio Hodgers. En aucun cas, le président n'est le capitaine, a-t-il ajouté.

Un seul événement

Selon le PDC Jean-Marc Guinchard, ce projet de loi ne repose sur aucune forme d'évaluation et ne cite aucun problème que la présidence quinquennale aurait pu réellement occasionner. «Pire, il est proposé sur la base d'un seul événement», a-t-il souligné en faisant allusion à l'affaire Maudet.

Romain de Sainte Marie, député socialiste, a fustigé le désaveu du Conseil d'État. Le gouvernement n'arrive pas à fonctionner et demande au peuple de donner son point de vue: l'exécutif doit prendre ses responsabilités, a-t-il asséné. Au final, seuls le PDC et le PS se sont opposés ou abstenus sur ces projets de loi qui ont passé par 65 voix contre 20 et 2, respectivement 3 abstentions.

(nxp/ats)