Genève

19 juin 2013 11:59; Act: 19.06.2013 19:51 Print

Veyrier supprime le statut de fonctionnaire

par Raphaël Leroy - Le Conseil municipal de la 12e commune du canton a adopté mardi à l'unanimité un nouveau règlement du personnel. Le PS et le MCG rappellent à l'ordre leurs élus communaux.

Une faute?

C'est une première pour une ville genevoise (ndlr: plus de 10'000 habitants). La commune de Veyrier, située à la frontière française, a abrogé le statut de fonctionnaire par la voix de son Conseil municipal mardi soir. Une fois n'est pas coutume, la mesure a été approuvée à l'unanimité, y compris par la gauche et le MCG. Des partis réputés pourtant proches de la fonction publique.

Nominations abolies et retraite

Le nouveau règlement, qui entrera en vigueur le 1er janvier prochain, prévoit quatre mesures fortes. D'abord, «les collaborateurs (anciens et nouveaux) seront au bénéfice d'un contrat individuel de travail de droit public. La période probatoire de 2 ans suivie d'une nomination - rigide - en qualité de fonctionnaire n'existe plus. Après une période d'essai de 3 mois, calquée sur le secteur privé, le contrat est par hypothèse résiliable par les deux parties», précise un communiqué.

Ensuite, l'âge de la retraite des 65 employés a été rehaussé, passant de 62 à 64 ans pour les femmes et à 65 ans pour les hommes. Un aspect qui n'a pas été compliqué à négocier «vu que le personnel le souhaitait car le système de retraite anticipée n'existe pas dans notre commune», indique l'initiateur du projet, le conseiller administratif PLR de Veyrier Thomas Barth.

Salaire au mérite et congé paternité

La commune va aussi instituer un salaire au mérite, qui sera réexaminé chaque année. «Le but est de fidéliser nos employés avec une certaine souplesse dans les conditions salariales car certains stagnaient, souligne le magistrat. Cela permettra aussi de rendre nos postes plus attractifs.»

Enfin, le nouveau texte, fruit de plus de deux ans de travail au cours duquel le personnel a été entendu une quinzaine de fois, présente des avancées en matière sociale. Il aménage un congé paternité et d'adoption, de même qu'une procédure en cas de harcèlement psychologique ou sexuel et une médiation.

Le PS et le MCG fâchés

«Je ne peux que déplorer cette dégradation des conditions de travail, soupire le président du PS cantonal, Romain de Sainte Marie. Je souhaiterais comprendre ce qui a conduit nos élus à voter ce texte.»

Le président du MCG acquiesce. «Ce n'est pas notre politique, assène Roger Golay. Je vais enquêter auprès de mes représentants municipaux.» «Vouloir faire comme le privé est une bêtise», juge de son côté Olivier Baud, président du Cartel intersyndical de la fonction publique.

«Pas un tabou»

«L'abrogation du statut de fonctionnaire n'est pas un tabou, s'exclame Thomas Barth. On a prouvé que par la discussion, on pouvait y arriver. J'espère qu'elle fera tâche d'huile dans les autres villes du canton, et pourquoi pas, dans l'administration cantonale. Si on peut le faire à Veyrier, il n'y a aucune raison de ne pas le faire ailleurs.»

Le conseiller d'État chargé des finances est moins euphorique, surtout sur le salaire au mérite. «Sur quels critères juge-t-on la performance d’un enseignant par exemple?, se demande David Hiler. Il faut également voir combien coûte ce système à la collectivité. Je ne suis pas sûr qu'il soit moins cher.»

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • rosy le 19.06.2013 14:02 Report dénoncer ce commentaire

    il faudrait ajouter....

    L'obligation de vivre sur territoire CH devrait aussi être obligatoire pour tous les fonctionnaires et à présent, pour Veyrier en l'occurence, pour les personnes travaillant dans la fonction publique!

  • Serge Visini le 19.06.2013 15:50 Report dénoncer ce commentaire

    Belle mentalité... (sic)

    Je pensais que le but d'une société était d'évoluer et non de régresser... On pourrait aussi rétablir l'esclavage tant qu'on y est.

  • Employécommunal le 19.06.2013 21:42 Report dénoncer ce commentaire

    Dans d'autres communes aussi !

    Bof, il n'y a pas péril pour le personnel de la commune. La Ville de Genève et d'autres communes par exemple ont aussi aboli l'appellation "protégée" de fonctionnaire. Cela ne change pas grand chose.

Les derniers commentaires

  • Morgarten le 20.06.2013 12:50 Report dénoncer ce commentaire

    Supprimer les fonctionnaires !

    Tous les travailleurs traités de la même manière : le statut de fonctionnaire doit être aboli. Dans ce domaine, plus de différences entre le privé et le public. Tout le monde prend sa retraite à 65 ans (question évidente d'égalité). Quant au mérite, il suffit de juger les résultats : le prof laxiste, chouchouté par les parents, qui a des performances médiocres ne reçoit pas d'augmentation. Et après 3 ans idem, il est viré. Point barre !

  • Nick A le 19.06.2013 22:34 Report dénoncer ce commentaire

    Le mérite ? mais comment ?

    Et qui décidera du mérite de l'autre ? Le supérieur ? Tout le monde sait que les relations sont toujours idylliques entre supérieur et sous-fifre !!! De quelle façon ? A la jupe la plus courte, à l'amitié, au chantage, aux heures sup, etc. etc. Je suis fonctionnaire depuis 30 ans, mes annuités stagnes...je ne me plains pas. La fin du statut de fonctionnaire ouais ça se discute pourquoi pas mais le salaire au mérite...bonjour les dérapages.

  • Employécommunal le 19.06.2013 21:42 Report dénoncer ce commentaire

    Dans d'autres communes aussi !

    Bof, il n'y a pas péril pour le personnel de la commune. La Ville de Genève et d'autres communes par exemple ont aussi aboli l'appellation "protégée" de fonctionnaire. Cela ne change pas grand chose.

  • rubinho009 le 19.06.2013 19:21 Report dénoncer ce commentaire

    Ridicule...

    Je me demande juste comment on mettra en place un salaire au mérite, alors que dans une commune il n'y a pas de productivité, ou en tout cas ce n'est pas calculable: combien rapporte un paysagiste qui travaille pour la commune et qui tond les gazons? Va-t-on calculer le travail d'un employé du service des eaux aux nombres de fuites qu'il aura réparées (avec toutes les conséquences qui y sont liées)? Voilà comment on atteint l'arbitraire dans le travail...

  • Pénélope le 19.06.2013 19:00 Report dénoncer ce commentaire

    Vivent les lèche-bottes !

    Avec le salaire au mérite, c'est le piston des petits copains et des lèche-bottes qui entre dans la commune de Veyrier. Bonjour l'ambiance au travail !

    • Nick An le 19.06.2013 22:23 Report dénoncer ce commentaire

      D'accord avec vous

      Totalement d'accord avec vous. C'est la porte ouverte à tous les dérapages. Dans le privé ou le public d'ailleurs.