Genève

08 octobre 2019 21:03; Act: 09.10.2019 10:51 Print

Victoire pour la liberté d'expression antispéciste

Le Tribunal fédéral a jugé que la Ville de Genève avait fixé des conditions contraires à la liberté d'expression à une action antispéciste de 2016.

storybild

L'association Pour l'égalité animale a remporté trois combat pour sa liberté d'expression, en Valais, dans le canton de Vaud et désormais à Genève. (Photo: Keystone/Martial Trezzini)

Sur ce sujet
Une faute?

«C'est important de lutter avec ce type de recours. C'est la troisième fois que nous gagnons. C'est une victoire pour nous et pour le droit de manifester en général.» Pia Shazar, une des porte-paroles de l'association Pour l'égalité animale (PEA), a accueilli l'arrêt du Tribunal fédéral (TF) du 13 septembre dernier avec satisfaction. Dans cette décision, les juges de Mon-Repos ont donné raison à l'association. Ils ont estimé que certaines conditions posées par la Ville de Genève en 2016 pour autoriser la tenue d'une action antispéciste étaient contraires à la liberté d'expression et de réunion.

Les conditions contestées de la Ville

A l'époque, PEA avait déposé au Service de la sécurité de la Ville (SEP) une demande pour une représentation intitulée «Bienvenue à Table». La scénette devait «interpeller les passants sur la consommation de viande et non pas choquer». Une trentaine de personnes y tenait des rôles variés, du figurant barbouillé de peinture rouge au simple répondant, informant les curieux sur la démarche.

La Ville avait accepté, non sans conditions. Entre autres, la permission a été accordée à titre d'essai. Il était également précisé que la mise en scène pourrait« être retirée sur le champ» si la «sensibilité d'un certain public» se trouvait heurtée. La manifestation s'est déroulée sans encombre mais PEA a souhaité recourir notamment contre ces deux points, qu'elle juge contraire à sa liberté d'expression. La justice cantonale s'était rangée du côté de la commune sur ces deux considérations. Le Tribunal fédéral a en revanche donné raison aux antispécistes.

Interrogée sur le sens d'une permission «à titre d'essai» et sur l'accueil réservé à l'arrêt du TF, la Ville dit en prendre acte et ne pouvoir apporter aucun commentaire supplémentaire.

(lfe)