Genève

25 mai 2016 11:59; Act: 25.05.2016 12:01 Print

Votation contre les coupes budgétaires menacée

La droite reproche au Conseil administratif de Genève d'avoir un discours biaisé dans la brochure pour le scrutin communal du 5 juin.

storybild

(Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

La votation du 5 juin concernant la ville de Genève pourrait être annulée. Un recours a été déposé par le PLR, le PDC et quelques citoyens contre la brochure explicative. Les recourants reprochent à l'exécutif municipal d'y tenir un discours biaisé et non neutre.

L'information, révélée mercredi par la «Tribune de Genève», a été confirmée par Pascal Pétroz, l'avocat des recourants. Les habitants de la ville de Genève doivent se prononcer sur des économies budgétaires qui affecteront notamment le monde associatif et le milieu de la culture.

Selon M.Petroz, les réductions de 2,5% et de 2% qui sont envisagées ne sont pas rien, mais ne vont pas non plus mettre en péril la Ville de Genève. Or, les recourants estiment que le conseil administratif a peint le diable sur la muraille, présentant les coupes comme le prélude à l'apocalypse.

Manque de retenue

La brochure annonce ainsi que «le bon fonctionnement de la Ville est mis en danger». Pour M.Pétroz, elle manque aussi de retenue en prétendant que les mesures impacteraient l'aide aux personnes âgées, la distribution de nourriture aux plus défavorisés, les loisirs pour les enfants, l'aide aux femmes battues, ou la prévention du suicide.

Pour les recourants, les explications fournies dans la brochure par l'exécutif donnent l'impression que la majorité du conseil municipal est irresponsable d'avoir voté ces économies budgétaires, qu'il ne connaît rien aux finances, et va faire du mal aux jeunes, aux aînés, aux femmes battues, et augmentera le nombre de suicides.

La Cour de justice doit maintenant se prononcer. Les recourants réclament l'annulation de la votation le 5 juin et son report. Le recours rappelle un précédent. En novembre 2008, une votation sur les notes à l'école avait été invalidée, car le Conseil d'Etat avait parlé dans la brochure d'une «initiative qui n'atteint pas sa cible».

(ats)