Genève

18 juin 2019 20:29; Act: 18.06.2019 20:29 Print

Une application pour vivre à fond Genève en été

par Jérôme Faas - Un guide mobile recensant des centaines d'activités culturelles et sportives est actif pour la seconde année consécutive.

storybild

Jakob Graf, directeur de PFL, Marie Jeanson, programmatrice des Aubes musicales, et Sami Kanaan, conseiller administratif chargé de la Culture et du Sport, ce mardi aux bains des Pâquis.

Sur ce sujet
Une faute?

Et si le fameux esprit de Genève se logeait dans une application mobile? C'est en tout cas l'objectif avoué de «Genève en été», qui recense plusieurs centaines d'activités culturelles et sportives se déroulant au bout du lac dès ce mardi et jusqu'au 31 août. Elle avait été lancée l'an passé par la Ville de Genève. «On s'était rendu compte qu'il existait en été une offre incroyable à Genève, mais qu'elle n'était pas assez connue, explique le conseiller administratif Sami Kanaan. Et il est d'autant plus important d'informer systématiquement que chaque année, entre 10% et 12% de la population de la Ville se renouvelle.»

Bilingue français-anglais

Cette année, la municipalité a transmis le bébé à l'association PFL, qui présente une application avec un nouveau look et une navigation plus ergonomique. Surtout, la voilà bilingue français-anglais, notamment parce que Genève tourisme a été associée au projet. Son directeur Adrien Genier est enthousiaste, justement parce que les choix éditoriaux qui fondent «Genève en été» saisissent l'essence de cette période. «C'est plus qu'un agenda, c'est une sorte de city guide qui, surtout, a une identité. Pour les city breakers (ndlr: ces touristes qui visitent des villes sur un week-end), il est important d'aller dans les lieux où vont les Genevois.»

Géolocalisation possible

Fête de la musique, triathlon, aubes musicales, ciné transat, soirées à l'Usine, one woman show à l'Arena, théâtre au Galpon ou à l'Orangerie, festival Chouette nature. Il en y a pour tous les goûts, l'offre étant classée par thèmes (sport, danse, clubbing, musique, enfants, etc.) et par lieux. Il existe même une fonction «autour de moi», si l'on se géolocalise. «On doit répondre à la question: qu'est-ce qu'on fait maintenant?», synthétise Jakob Graf, le directeur de PFL. L'an passé, «Genève en été» avait répertorié plus de 600 événements, «et on pense largement dépasser ce chiffre cette année».

Accueil, ouverture, multiculturalité

Reste que si l'application tend à une certaine exhaustivité, son contenu répond à une logique. «Il y a une ligne éditoriale: l'accueil, l'ouverture, la multiculturalité. On n'a pas encore refusé de contenu, mais on fait des choix. On a un peu resserré par rapport à l'an passé», détaille Jakob Graf. Et de décrire une Genève où les populations se mélangent, de vanter cette exception où les bains des Pâquis, symbole de cet esprit si particulier, peuvent côtoyer l'hôtel Kempinski, de se féliciter de la diversité des publics. «Ici, on peut faire venir des artistes du monde entier. Ils attireront toujours un noyau dur de fans, qui essaimeront auprès des Genevois.»

Prix modérés

Du coup, PFL explique donner «dans l'associatif, mais pas que. On souhaite promouvoir des événements qui font du lien social. Les prix modérés sont un des éléments retenus, pour l'inclusivité, mais on ne veut pas faire que du gratuit. Certains spectacles sont chers parce qu'ils valent cher. Mais on tient à ce qu'ils soient ouverts à tous, on ne veut pas de petites bulles.» L'an passé, «Genève en été» avait été téléchargée 10'000 fois, pour 7000 utilisateurs actifs. Elle rêve de faire mieux encore. «L'application permet de fédérer l'offre, rappelle Sami Kanaan. Il faut me trouver un autre endroit de taille comparable, sur la planète, qui propose une offre pareille en été!»