Genève

09 août 2019 11:29; Act: 09.08.2019 11:29 Print

Genève est le roi suisse de la voracité fiscale

Le canton du bout du lac exploite au maximum ses ressources, qui sont importantes. Et il finance passablement les autres cantons et la Confédération.

storybild

La charge fiscale globale atteint 34% à Genève. (Photo: Etat de Genève)

Sur ce sujet
Une faute?

Genève est le canton suisse où la charge fiscale globale est la plus élevée - c'est celui qui exploite le plus les ressources à sa disposition (fortune, revenu des individus et bénéfice des sociétés). Cette charge fiscale atteint 34%, alors que la moyenne nationale se fixe à 24,9%, a communiqué ce vendredi l'Office cantonal de la statistique. Schwytz (11%) et Zoug (11,3%) sont les deux cantons avec la charge fiscale la plus faible.

Neuchâtel taxe très fort les revenus

Il est à noter que Genève est le canton suisse qui impose le plus lourdement la fortune (47,9%), les revenus taxés à la source (38,5%) et le bénéfice des sociétés (33,7%). En revanche, en ce qui concerne l'imposition ordinaire des revenus des individus, Genève n'est que le 7e canton le plus vorace (27,2%), Neuchâtel dominant ce classement avec un taux culminant à 35,5%.

Un quart des ressources proviennent des entreprises

Le canton du bout du lac dispose des 5e plus importantes ressources taxables par habitant du pays. Ce classement est dominé par Zoug et Schwytz. Bâle-Ville est 4e, Zurich 6e. Les revenus des personnes physiques représentent 67,1% des ressources genevoises, leur fortune 7,3%. Les entreprises génèrent 25,1% de ces ressources. Genève, Bâle-Ville et Vaud possèdent une particularité: ils possèdent à la fois de très gros contribuables et une charge fiscale élevée. Ailleurs, l'équation est différente: l'existence de larges ressources incite les cantons à taxer plus légèrement ou, si l'on renverse le problème, les hauts taux d'imposition font fuir les riches contribuables.

Berne gagne de l'argent

En 2016, le canton arrivait en deuxième position derrière Bâle-Ville dans le classement des recettes totales par habitant, avec 23'565 francs, contre 27'452 francs récoltés par le canton rhénan. Genève est l'un des cantons qui contribue le plus à la péréquation nationale (mécanisme prévoyant que les cantons riches versent une partie de leurs recettes aux cantons pauvres). Ainsi, il est le 5e canton qui aide le plus ses pairs: chaque habitant consacre en moyenne 834 francs par an à ce coup de pouce. Il est enfin le 3e canton qui verse davantage d'argent à la Confédération qu'il n'en reçoit. Chaque année, les dépenses de Berne pour Genève atteignent 7032 francs par habitant, alors que les recettes de la Confédération issues du canton romand se montent à 11'815 francs, soit un différentiel de 4783 francs.

(jef)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Valais le 09.08.2019 11:37 Report dénoncer ce commentaire

    Vol légal

    Comment voler les contribuables en faisant passer celà pour une bonne action. Amis genevois désolé pour vous.

  • Marie le 09.08.2019 11:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Se moquer des travailleurs

    Précisons aussi que 30% au moins des administrés de Genève ne paie aucun impôt et sont à la charge de la collectivité, au social. 30% de personne qui dans l'immense majorité son capables de travailler, il suffit de se balader en ville l'après-midi, incroyable le nombre de personnes qui font du shopping, se prélassent sur les terrasses des cafés où font bronzette à midi. Et ce sont les mêmes qui ont voté contre la surveillance des assurés?

  • Amateur le 09.08.2019 11:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Réalité !!

    Nous sommes un département français !! Pour manger un poulet il faut le déplumer !! Nos élus ont le savoir pour le faire !!

Les derniers commentaires

  • Michel45ans le 12.08.2019 09:28 Report dénoncer ce commentaire

    Marre de payer pour les autres

    Il faudrait que la Suisse arête d'accueillir toute la misère du monde. Celle-ci se retourve bien souvent dans les grandes villes. A Genève, une construction à peine achevée que vous y trouvez des étrangers parlant pas ou à peine français , pour la pluspart à l'aide sociale!Marre de payer pour les autres: assurances-maladies, logements, billag, crèches (et oui, c'est une honte !!!)!Immigration, oui, mais uniquement choisie, ultrasélective et travailleuse

    • Dani28ans le 14.08.2019 00:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Michel45ans

      Bravo pour votre commentaire! Moi aussi j'en ai marre. Ma bonne vieille Genève ou le respect régnait me manque!

  • Mo Millar le 11.08.2019 20:27 Report dénoncer ce commentaire

    Honteux !

    Alors Marie, si je me balade en ville à midi ou l'après-midi, c'est par-ce que déjà à 9h du matin 1. je me suis occupée de mes paperasses et de mon administration de clients pour 2. me déplacer en ville ou se trouve mon studio afin d'y recevoir mes clients dès 12h pour finir à 20h (ou même bien plus tard si je dois encore me déplacer pour voir un client sur scène), et n'oublions pas certains jeudis soirs/weekends ou je donne encore des ateliers spécialisés. Je suis professionnelle indépendante tournant min. 12h par jour. Je trouve votre commentaire plein de préjugés honteux !!

    • Ouioui le 14.08.2019 00:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Mo Millar

      Vie passionnante! Si tu retournes en France ça donne quoi ?

  • Un futur exilé le 11.08.2019 18:29 Report dénoncer ce commentaire

    Embourgeoisement

    Genève est un canton pour les riches, et ceux-ci ne fuient pas le cantons effrayés par la fiscalité, bien au contraire. Genève a une très jolie et grande campagne, parsemée de belles propriétés luxueuses. Quant à sa banlieue, elle est un conglomérat d'immeubles locatifs pour beaucoup vieillissants et laids aux loyers exorbitants ou d'appartements à acheter hors de prix pour la majorité de la population. Au centre ville on trouve principalement des bureaux et des commerces qui sont de plus en plus axés sur la vente de produit haut de gammes.

  • Crusoé R. le 11.08.2019 09:34 Report dénoncer ce commentaire

    Et aussi...

    Le plus pénible à supporter à Genève ce sont les prix de l'immobiliers tant à l'achat que le locatif, ce loger est prohibitif, tenir un commerce est laborieux, les prix dans les magasins s'en ressentes. Qu'en aux impôts 34% de la population en est exonérée, rajouter à cela les nombreuses aides pour le logement, les assurances aux familles nombreuses... Sont-ils vraiment si élevé que cela vu la qualité de l'infrastructure du canton, (hôpitaux, moyen de transport, offre culturelle, etc) ? Dailleurs les riches ne fuient pas le canton, bien au contraire

  • kimi le 10.08.2019 23:34 Report dénoncer ce commentaire

    La bonne affaire

    Sachant que des milliers et des milliers de faux-résidents genevois laissent officiellement leurs papiers à Genève - et y paient donc leurs impôts - tout en habitant réellement en France voisine ou sur la Côte vaudoise, on peut se dire que l'État de Genève gagne vraiment sur tous les plans: encaissement frauduleux des impôts des faux-résidents tricheurs, tonte fiscale des vrais résidents genevois, taxe professionnelle et encaissement de la moitié des impôts des frontaliers alors que ces derniers ne coûtent que très peu au canton.

    • Genevois le 11.08.2019 01:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @kimi

      Les entreprises privées comme l'Etat devraient recruter exclusivement local et ne plus engager de frontaliers et de pendulaires d'autres cantons. Geneve y gagnerait avec une baisse du chomage, une augmentation des rentrées fiscales et une diminution de la circulation et des véhicules polluants et bruyants avec des plaques francaise et vaudoises. Chacun chez soit et tous heureux !

    • kimi le 11.08.2019 02:49 Report dénoncer ce commentaire

      @Genevois

      Bonne idée! Les bons comptes font les bons amis. Plus de tricheurs, plus de profiteurs. Ainsi, si l'on retranche les 100'000 frontaliers et les 30'000 pendulaires romands, et que l'on ajoute les peut-être 25'000 ou 30'000 chômeurs et assistés sociaux genevois, il devrait alors manquer environ 100'000 travailleurs pour faire tourner l'économie genevoise et ses institutions. Les entités lésées seraient donc forcées de délocaliser, ou bien le canton de réduire fortement la voilure.

    • bravo le 17.08.2019 09:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @kimi

      Bravo, enfin un commentaire plein de bon sens.