Genève

21 août 2018 16:10; Act: 21.08.2018 16:11 Print

De plus en plus d'élèves, mais pas plus de place

par Jérôme Faas - Les effectifs scolaires ne cessent d'augmenter, la construction de bâtiments ne suit pas.

storybild

La conseillère d'Etat chargée du Département de l'instruction publique, Anne Emery-Torracinta, ce mardi matin au Centre de formation professionnelle - Construction. (Photo: Keystone)

Une faute?

«On va vers une crise des bâtiments.» L'appréciation est de Julien Nicolet, membre du comité du syndicat des enseignants du Cycle d'orientation (Famco). Il l'a partagée au sortir de la conférence de presse de rentrée du Département de l'instruction publique, ce mardi. «Pour absorber 1500 élèves supplémentaires par an, il faudrait ouvrir deux écoles chaque année», complète-t-il. On en est loin.

Peu avant, la conseillère d'Etat Anne Emery-Torracinta avait elle aussi, quoique dans des termes moins catastrophistes, souligné la poussée démographique. Lundi prochain, l'école genevoise accueillera 49'057 élèves, soit 1537 de plus que l'an passé. «C'est l'équivalent de deux gros cycles d'orientation», illustre l'élue. Cette augmentation «fait suite à des années de hausse, il s'agit d'une tendance générale qui ne va pas s'arrêter».

Crue attendue au cycle en 2021

Les effectifs de l'école primaire, qui enregistre l'arrivée de 771 élèves supplémentaires cette année, sont en hausse depuis 2013. Au cycle d'orientation (+235 élèves à la rentrée), cette crue se fera sentir «en 2021-2022», indique la conseillère d'Etat. Alors que le secondaire II, en augmentation constante depuis vingt ans, doit accueillir cette année 480 jeunes en plus, dont 400 concernés par le nouveau dispositif de la formation obligatoire jusqu'à 18 ans.

Pour l'heure, seuls deux nouveaux cycles d'orientation sont planifiés: le nouveau bâtiment du Renard, appelé à remplacer, en plus grand, l'actuel et vétuste ensemble d'Aïre-le-Lignon. Il est prévu pour 2023. Et celui de Bernex, qui sera proche de la sortie de l'autoroute, et devrait sortir de terre en 2025.

Exiguïté territoriale et culture de l'opposition

Anne Emery-Torracinta reste cependant prudente. Pour le nouveau cycle du Renard, prévu à Balexert, «tout dépend du déplacement des terrains d'entraînement du Servette FC au Grand-Saconnex». D'une manière générale, la socialiste observe que, «le gros problème à Genève, c'est l’exiguïté du canton et les oppositions». Et à ce titre, elle dispose d'un exemple récent: l'école de commerce Raymond-Uldry a été inaugurée l'an passé alors qu'elle était planifiée pour 2007, soit dix ans de retard.

«Que cela devienne une vraie priorité»

L'élue admet par ailleurs que ce problème récurrent de locaux complique la mise en oeuvre de la formation obligatoire jusqu'à 18 ans, puisqu'elle ajoute mécaniquement des élèves dans le système. Pour Julien Nicolet, «il y a déjà aujourd'hui des bâtiments remplis au-delà de leur limite de capacité. Il faudrait que cela devienne une vraie priorité du département de l'Instruction publique et de celui des Infrastructures. Pour l'instant, ce problème ne semble pas être au cœur de leurs préoccupations. Or, le résoudre concourrait aussi à avoir des conditions scolaires correctes qui permettraient d'éviter le décrochage des élèves.»

Malgré l'augmentation des effectifs, le DIP est néanmoins parvenu, cette année, à conserver les mêmes moyennes d'élèves par classe et les mêmes taux d'encadrement que l'an passé. Ces deux indicateurs se situent dans la limite réglementaire.

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Jean Luc le 21.08.2018 16:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    À côté de la plaque

    Quand on a la place d'accueillir massivement des élèves en provenance d'un autre pays, on a la décence de ne pas se plaindre d'un "manque de place" pour ses contribuables.

  • Lune de Fiel le 21.08.2018 16:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    trop c'est trop

    Et Genève qui se fout de sa surpopulation avec une baisse de qualité de vie pour les autochtones

  • Painpain le 21.08.2018 16:19 Report dénoncer ce commentaire

    Adieu passé bonjour l'angoisse

    Faites venir, laissez entrer encore plus de gens en Suisse car on sature pas là...

Les derniers commentaires

  • bamboo le 26.08.2018 15:24 Report dénoncer ce commentaire

    Plus, plus, plus

    Construire une école, c'est fermer une prison. Le canton préfère agrandir ses prisons. Toutefois, le plus raisonnable serait peut-être de calmer cette fuite en avant du toujours plus d'habitants, toujours plus d'entreprises et toujours plus de PIB. Ainsi, on économiserait sur le nombre d'écoles et de prisons nécessaires.

  • Calvin Grad le 23.08.2018 08:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un exemple à ne pas suivre!

    De toute évidence, cest le chaos ce petit canton franco-suisse du bout du lac!

  • Loïc Vagneux le 23.08.2018 07:59 Report dénoncer ce commentaire

    Faux problème

    A tous les racistes : les migrants ne sont pas le problème ici. Même sans eux il y aurait plus de 1000 nouveaux élèves cette année. Donc mettez le cerveau sur ON et réfléchissez du vous accepteriez sans problème de longs travaux et une nouveau cycle juste à côté de chez vous. Car il est là le vrai problème : les oppositions...

    • Maire du Royaume le 23.08.2018 11:25 Report dénoncer ce commentaire

      Bisounours de gauche

      Bien sure faux problème ...mais ayant appris à calculer à lécole je pense tout de même que quelques écoliers de moins résoudrait bien problèmes autant financier que immobiliers .Arretez de prendre les genevois pour des Gogos S.V.P.

  • Danielle le 22.08.2018 22:46 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi tant de haine

    Des tricheurs, des profiteurs, il y en a autant des 2 côtés de la frontières. Des personnes honnêtes également, alors cessez toutes ces remarques désobligeantes et xenophobes les uns envers les autre.

  • élevage en plein air le 22.08.2018 16:52 Report dénoncer ce commentaire

    slow down, free park children

    Mais quelle école?! Laissez vos enfants jouer en plein air. Non scolarisée, une bergère anglaise a gagné l'année passée près de 75 euros pour 2 tonnes de laine, et à l'entrée de sa propriété elle a posé un joli panneau de signalisation "roulez doucement, élevage d'enfants en plain air". Dans un autre pays sans écoles, on trouve le panneau décoré "slow down, chicken crossing". C'est comme nos poulets à la Migros où le personnel illettré trouve encore sa place.