Jean-Luc Mélenchon

18 octobre 2018 13:45; Act: 18.10.2018 13:45 Print

«Qu'esseuh-que ça veut direuh?»

Le leader de La France Insoumise s'est moqué de l'accent d'une journaliste toulousaine qui lui posait une question dérangeante. Le Syndicat national des journalistes dénonce une «humiliation».

Sur ce sujet
Une faute?

Jean-Luc Mélenchon semble décidément très nerveux cette semaine. A sa sortie de l'Assemblée nationale mercredi, le leader de La France Insoumise (LFI) a été alpagué par une journaliste toulousaine. Celle-ci voulait l'interroger sur les images impressionnantes tournées lors des perquisitions à son domicile et au siège du parti. «Est-ce que vous disiez, il y a quelques mois, quand vous pointiez les déboires de Fillon et Le Pen, que c'était une décadence de la République?», a demandé Véronique Gaurel, grand reporter à France 3.

Visiblement très agacé – et embarrassé – par cette question, Jean-Luc Mélenchon a tenté de botter en touche en se moquant vertement de l'accent de la journaliste: «Qu'esseuh-que ça veut direuh?», a-t-il rétorqué. Véronique Gaurel a tenté de préciser sa question, mais le parlementaire n'a cessé de lui couper la parole. «Non, non madame, vous ne savez pas de quoi vous parlez. Vous dites n'importe quoi. Quelqu'un a-t-il une question formulée en français et à peu près compréhensible? Parce que moi, votre niveau me dépasse», a balayé Mélenchon.

Mercredi soir, le Syndicat national des journalistes a réagi à cet échange, rapporte BFM TV. «Notre consoeur, pourtant très aguerrie, a été choquée par cette violence verbale et cette humiliation gratuite», dénonce le SNJ, qui demande au leader de LFI de cesser d'«agresser les journalistes». «C'est déjà lui qui affirmait, en février, que 'la haine des médias et ceux qui les animent est juste et saine'!», déplore le syndicat.



(joc)