«Miracle de Brunswick»

26 février 2012 12:42; Act: 26.02.2012 12:51 Print

190'000 euros distribués anonymement

Depuis novembre, Brunswick, ville de 250'000 habitants de l'Etat de Basse-Saxe (Allemagne), est le théâtre de dons exceptionnels prodigués à diverses organisations caritatives ou sociales de la ville.

Une faute?

Un hospice de Brunswick, dans le nord de l'Allemagne, a découvert 10'000 euros dans une enveloppe, nouveau don d'un généreux inconnu qui a déjà semé 190'000 euros depuis novembre pour diverses organisations caritatives, selon des informations recueillies par l'AFP.

«Mercredi soir une stagiaire a découvert une enveloppe sous le paillasson de l'entrée», a raconté à l'AFP la directrice adjointe de l'hospice, Eva Reuleke, dimanche. «Elle contenait 20 billets de 500 euros avec un article de journal» sur l'hospice, a-t-elle ajouté, jointe par téléphone.

«Nous n'avons pas la moindre idée» de qui est ce donateur, a insisté Mme Reuleke.

Dons exceptionnels

Le «mode opératoire» consiste à déposer anonymement des enveloppes remplies de billets de banque accompagnées d'un article de presse permettant de déterminer à qui est adressé ce don. La plupart des dons s'élèvent à 10'000 euros.

Un pasteur a ainsi trouvé une enveloppe glissée derrière les livres de chant. Quelques jours plus tard, la soupe populaire a également découvert un pli contenant des billets. Mi-février, le chargé des questions de pauvreté des enfants de la Ville avait découvert trois enveloppes contenant au total 11'500 euros.

«Jeu» sur plusieurs mois

Le «miracle de Brunswick» a débuté en novembre après la publication dans le journal local d'un article consacré à un vol de sac à main. Quelques jours plus tard, l'association d'aide aux victimes de Brunswick découvrait 10'000 euros.

Au total, 190'000 euros ont ainsi été semés, selon le décompte du journal local Braunschweiger Zeitung.

«Il semble que le généreux donateur ou la généreuse donatrice éprouve beaucoup de joie en douce à ce petit jeu qui court sur une si longue période», estimait le chef de la rédaction locale, Henning Noske, dans une tribune publiée début février.

Il avait alors précisé n'avoir aucune intention de chercher à connaître l'identité du mystérieux donateur.

(afp)