naissance insolite

17 février 2011 11:17; Act: 17.02.2011 11:32 Print

A 61 ans, elle a donné naissance à son petit-fils

L’Américaine Kristine Casey, de Chicago, a servi de mère porteuse pour l'enfant de sa fille, Sara Connell. Le petit Finnean Lee est né le 9 février par césarienne

storybild

Sara et Kristine avec le petit Finnean.

Une faute?

Kristine Casey est sans doute la parturiente la plus âgée d’Illinois. Mercredi 9 février, 10 ans après sa ménopause, elle a donné naissance au petit Finnean Lee. L’accouchement s’est déroulé par césarienne.

Ce record ne relève pas d’un désir tardif de maternité. Kristine Casey est déjà maman de trois filles et c’est bien pour cela qu’elle a accepté de donner à nouveau la vie. Sa fille Sara et son beau-fils Bill Connell essayaient depuis plusieurs années d’avoir un enfant, en vain. Après un traitement contre la stérilité, Sara a mis au monde des jumeaux qui sont morts à la naissance, avant de faire une fausse-couche.

Vaines tentatives

C’est donc en désespoir de cause que cette jeune femme de 35 ans a demandé à sa maman de lui servir de mère porteuse. «Elle a tout de suite dit qu’elle le ferait pour moi, elle pense que c’est fabuleux», a expliqué Sara dans les médias américains. Kristine Casey, elle, raconte: «J’ai pensé: wow, trois des plus heureux jours de ma vie sont ceux où j’ai mis au monde mes filles. Je me suis dit que je pouvais le faire à nouveau pour quelqu’un que j’aime.»

Le petit Finnean Lee est issus de la fécondation in vitro d’un ovule de Sara par le sperme de Bill. Pour mener à bien sa grossesse, Kristine Casey a dû subir un traitement hormonal. Elle a aussi dû passer des tests psychologiques afin de démontrer qu’elle était en état d’assumer cette maternité très inhabituelle et de tenir ensuite son rôle de grand-maman tout à fait normalement.

Une belle histoire

Car cette histoire ne manque pas d'interroger l'éthique. «C’est quelque chose d’aimant et de généreux à faire pour un membre de sa famille. C’est une belle histoire à raconter à l’enfant», estime pour sa part Joséphine Johnston, chercheuse à l’institut de recherche de bioéthique Hastings, citée par «7 sur 7».

(aia)