Corée du Sud

16 mai 2012 11:15; Act: 16.05.2012 11:44 Print

Centrale nucléaire équipée de pièces volées

Un Sud-Coréen vendait des pièces de turbine usagées, nettoyées et repeintes, à une centrale nucléaire. Il a été condamné à trois ans de prison ferme.

Une faute?

Un Sud-Coréen a été condamné à trois ans de prison ferme pour avoir vendu à l'opérateur de la plus ancienne centrale nucléaire du pays des pièces de turbine usagées, nettoyées et repeintes, a-t-on appris mercredi de source judiciaire.

L'homme, identifié comme «Hwang», 54 ans, recyclait des pièces volées par un employé parmi les déchets de la centrale de Gori, près de Busan (sud-est), a indiqué un porte-parole du Tribunal de Busan.

Il les revendait ensuite à la même centrale en les présentant comme des pièces récemment usinées. Le tribunal a recensé trois transactions frauduleuses depuis 2008 pour un profit de trois milliards de wons (2 millions d'euros).

Question de sécurité

«L'accusé mérite une sanction lourde pour avoir commis un crime grave qui pourrait poser de sérieuses questions quant à la sécurité de la centrale», a motivé le juge dans sa décision.

L'employé qui volait les pièces pour le compte du condamné avait écopé le mois dernier de la même peine.

Le parc nucléaire civil sud-coréen a connu plusieurs incidents de ce type dans le passé. En avril, l'autorité de sûreté nucléaire sud-coréenne a ouvert une enquête concernant Gori et une autre centrale sur l'utilisation de composants développés par une entreprise locale à partir de brevets technologiques français obtenus illégalement.

En février, des ingénieurs de Gori ont couvert un grave incident qui avait affecté le réacteur Gori-1, dont l'alimentation principale avait été brièvement coupée sans que le générateur de secours prenne le relais. Cette coupure électrique a entraîné un arrêt de la circulation des eaux de refroidissement.

Vingt réacteurs dans le pays

La Corée du Sud compte sur son sol vingt réacteurs nucléaires, qui fournissent environ 35% de la consommation électrique du pays. Le gouvernement avait déclaré qu'il ne remettrait pas en cause son programme d'électricité nucléaire malgré l'accident de Fukushima au Japon il y a un an.

Séoul a même annoncé début mai la construction de deux réacteurs nucléaires pressurisés, d'une capacité de 1400 mégawatts chacun, sur l'actuel site nucléaire d'Uljin, sur la côte est.

(afp)