États-Unis

13 février 2020 21:38; Act: 13.02.2020 22:05 Print

Elle incline son siège, son voisin pète les plombs

Lors d'un vol interne, une enseignante américaine a été malmenée par le passager assis derrière elle, visiblement très agacé par le manque de place.

Sur ce sujet
Une faute?

Voilà ce qui s'appelle un vol mouvementé. Wendi Williams se trouvait dans un avion d'American Airlines reliant La Nouvelle-Orléans (Louisiane) à Charlotte (Caroline du Nord) quand elle a eu envie de se mettre à l'aise. La passagère a donc incliné son siège, puis l'a remis à la verticale pour que l'homme assis derrière elle puisse manger. Une fois la pause repas terminée, l'Américaine a voulu reprendre ses aises, ce qui n'a visiblement pas été du goût de son voisin de derrière.


Wendi a raconté sur Twitter que le passager s'est mis à taper dans son siège près d'une dizaine de fois, et le fait que la passagère dégaine son portable pour le filmer ne l'a pas freiné dans son élan. «J'ai appelé l'hôtesse de l'air. Quand elle est arrivée, elle a roulé les yeux et m'a dit «Quoi?» Ensuite, elle lui a dit que c'était serré là-bas derrière et elle lui a donné du rhum!» s'indigne l'enseignante, à qui l'hôtesse de l'air a demandé d'effacer ce qu'elle venait de filmer.

«Je vais réellement devoir contacter le FBI»

Selon Wendi, le personnel de bord lui a conseillé de se plaindre auprès du FBI plutôt qu'auprès de la compagnie aérienne. «Apparemment, je vais réellement devoir contacter le FBI pour avoir des réponses. La compagnie n'endosse aucune responsabilité, même si elle s'est excusée et qu'elle a admis que ce qui s'était passé était fâcheux», explique la voyageuse. L'Américaine affirme souffrir des cervicales depuis cet incident survenu le 31 janvier. Un porte-parole d'American Airlines confirme que la société a connaissance de cette dispute et qu'elle est «en train de s'y intéresser».


Sur les réseaux sociaux, les avis sont partagés. De nombreux internautes reprochent à Wendi d'avoir pris ses aises, empiétant ainsi sur l'espace de son voisin de derrière. D'autres estiment qu'elle avait tous les droits de le faire: «Les sièges s'inclinent pour une raison, l'option n'est pas là pour rien», estime par exemple un internaute.

(joc)