Etats-Unis

04 avril 2014 17:02; Act: 04.04.2014 17:02 Print

Elle se réveille à la morgue et meurt frigorifiée

Déclarée morte, une octogénaire a repris connaissance dans un frigo de l'hôpital. Elle est décédée congelée. Sa famille vient d'obtenir le droit de poursuivre l'établissement.

Une faute?

La famille de Maria de Jesus Arroyo a obtenu mercredi dernier le droit de poursuivre en justice l'hôpital responsable de la mort tragique de l'octogénaire en 2010.

Madame Arroyo venait de fêter ses 80 ans quand elle a été victime d'une attaque, le 26 juillet 2010. Elle a été déclarée morte par le personnel du White Memorial Hospital de Los Angeles, qui a placé son corps dans un frigo à la morgue, relate le «Los Angeles Times». Quelques jours plus tard, les employés des pompes funèbres ont été surpris de constater que le cadavre était tourné face au brancard, que le nez de la défunte était cassé et que son visage était couvert de coupures et de bleus.

«Congelée vivante»

La famille Arroyo a alors porté plainte, estimant que la dépouille de l'octogénaire avait été maltraitée. C'est lors du procès, en décembre 2011, que l'effroyable vérité a éclaté. Un pathologiste a en effet expliqué que la défunte avait été «congelée vivante». La malheureuse «s'est réveillée» alors qu'elle se trouvait dans le frigo et s'est sérieusement blessée en tentant de s'échapper de sa «tombe congelée», a témoigné le spécialiste.

Horrifiés, les proches de la victime ont retiré leur plainte. Ils en ont déposé une autre pour erreur médicale en mai 2012, accusant l'hôpital d'avoir prématurément prononcé le décès de Maria et de l'avoir frigorifiée alors qu'elle était encore vivante. Un juge de la Cour supérieure de Los Angeles a dans un premier temps refusé la tenue d'un procès, sous prétexte que la plainte avait été déposée plus d'un an après les faits. Mais mercredi dernier, une cour d'appel a donné raison à la famille Arroyo, estimant qu'elle n'avait aucun moyen de savoir ce qui s'était réellement passé avant d'entendre le témoignage du pathologiste.

(joc)