Libération d'aliens aux Etats-Unis

23 septembre 2019 19:15; Act: 23.09.2019 19:15 Print

L'invasion de la zone 51 a pris une tournure délirante

Deux millions d'utilisateurs Facebook étaient prêts à s'introduire de force dans la base secrète américaine, le 20 septembre. Sur les dents, les autorités n'ont finalement pas eu grand-chose à faire.

Sur ce sujet
Une faute?

Après de longs mois d'attente, le grand jour est enfin arrivé. Le 20 septembre, la zone 51 devait être envahie par des millions d'internautes rêvant de faire enfin éclater la vérité sur cette fameuse base secrète américaine. En juin dernier, un utilisateur de Facebook avait en effet fait un carton monumental en créant un «événement» baptisé «Envahissons la zone 51, ils ne peuvent pas tous nous arrêter». But de l'opération: envahir la mystérieuse zone 51 en comptant sur un nombre écrasant de participants - la sécurité serait alors dépassée et certains parviendraient à s'infiltrer pour libérer les extraterrestres.

Si, à l'origine, l'«événement» avait tout d'une blague, pas moins de 2 millions de personnes avaient manifesté leur intérêt pour cette opération. De quoi inquiéter l'US Air Force, qui avait rappelé aux envahisseurs potentiels qu'elle déconseillait à quiconque de s'aventurer sur le site. «La zone 51 est un centre d'entraînement ouvert pour l'US Air Force et nous dissuadons quiconque d'essayer d'entrer dans un endroit où s'entraînent les forces armées américaines. L'US Air Force est toujours prête à protéger l'Amérique et ses biens», avait prévenu la porte-parole. Devant l'ampleur du succès, le créateur de l'«événement» avait fini par le supprimer, mais le buzz était fait.

«Certains ont bel et bien menacé de forcer leur entrée dans le site»

Les autorités peuvent respirer: aucun bain de sang n'a été signalé aux alentours de la zone 51, ce fameux 20 septembre. Selon Fox 5, sur les 2 millions de personnes intéressées par cette mission casse-cou, seules quelques centaines se sont déplacées dans le Nevada. Leur volonté de mener à bien l'opération en défiant les forces américaines n'était, cependant, pas si inébranlable que cela. «Certains ont bel et bien menacé de forcer leur entrée dans le site. Mais une fois que les officiers les ont avertis des conséquences d'une invasion de la zone, ils y ont réfléchi à deux fois», résume Kerry Lee, shérif du comté de Lincoln.

Sur ses gardes, la police n'a finalement procédé qu'à quelques petites arrestations. Selon le shérif, les gens présents sur place étaient tout à fait «gérables» et «sympas». Finalement, l'invasion sanglante que redoutaient les autorités a viré en une jolie journée festive entre campeurs fascinés par les extraterrestres. Un festival baptisé «Alienstock» avait par ailleurs été organisé dans la région.


Parmi les amis des extraterrestres, une dame portant un t-shirt et des lunettes de soleil sur le thème des aliens. Lorsqu'un journaliste lui demande si elle compte réellement envahir la zone 51, sa réponse est limpide: «Vous me prenez pour une folle?» Pour sa part, un habitant de l'Arizona raconte être venu pour rigoler: «C'est vrai que tout le monde s'est toujours demandé s'ils gardent vraiment des extraterrestres là-dedans», ajoute-t-il.

(joc)