Australie

27 février 2020 14:20; Act: 27.02.2020 14:20 Print

La famille de Quaden renonce à 470'000 dollars

La cagnotte astronomique récoltée pour offrir un voyage à Disneyland au petit garçon victime de harcèlement sera reversée à des oeuvres de charité.

Sur ce sujet
Une faute?

Entre une vague de soutien exceptionnelle et une pluie de rumeurs infondées, l'histoire de Quaden Bayles a déchaîné les passions ces dernières semaines. Dans une vidéo ayant fait plusieurs fois le tour du monde, l'Australien de 9 ans, harcelé à cause de son nanisme, criait son envie de mourir. Ces images ont bouleversé des centaines de milliers d'internautes, le comédien américain Brad Williams en tête. Lui aussi atteint de nanisme, l'humoriste a lancé une collecte de fonds visant à emmener Quaden et sa famille à Disneyland. Une semaine après, plus de 470'000 dollars ont été levés.

Bien que touchée par cet énorme élan de solidarité, la famille Bayles n'a pas l'intention d'encaisser cet argent. Dans une interview accordée à NITV, la tante de Quaden explique en effet que le voyage à Disneyland ne se fera pas, et qu'elle préfère que cette somme soit reversée à des oeuvres de charité. «Quel enfant ne voudrait pas aller à Disneyland, surtout s'il vit la vie de Quaden. Mais ma soeur m'a conseillé de revenir au vrai problème. Ce petit bonhomme a été harcelé. Combien de suicides, de Noirs ou de Blancs, sont dus au harcèlement? Nous voulons que l'argent aille aux organisations communautaires qui en ont vraiment besoin», explique Mundanara Bayles.

La famille de Quaden pense tout particulièrement à deux organisations: Dwarfism Awareness Australia, qui oeuvre pour la sensibilisation au nanisme, et Balunu Healing Foundation, qui soutient les jeunes aborigènes. En parallèle, la mère de Quaden collabore avec les autorités scolaires pour élaborer «la loi Quaden», un programme de lutte contre le harcèlement. Pour l'heure, l'enfant n'est pas encore retourné à l'école. «Quaden va bien. Il s'est un peu essoufflé, nous devons protéger notre garçon du mieux que nous pouvons. Nous avons une bonne équipe autour de nous», assure Yarraka Bayles.

(joc)