Défi «Têtes Rasées»

23 mai 2011 17:56; Act: 24.05.2011 08:18 Print

La tête d'une Suissesse mise à prix 2500 francs!

par Grégoire Corthay - Telle l'actrice Demi Moore dans le film «G.I. Jane», une Romande va se faire tondre la boule à zéro. Non pas pour entrer dans l'armée, mais afin de récolter de façon originale des fonds pour soutenir la lutte contre le cancer.

Charlotte, qui pense être la première Suissesse à participer à cette tonte caritative, explique sa démarche.
Une faute?

Le 9 juin, Charlotte Crettenand, une Valaisanne de 25 ans établie à Lausanne, va se faire la boule à zéro. Un sacrifice de 40 cm de ses splendides cheveux auburn qu'elle fera en public et au centre-ville de Montréal. Elle explique sa démarche pour «20 minutes».

20 minutes: Pourquoi allez-vous vous raser la tête?
Charlotte Crettenand: Ce n'est ni la nouvelle tendance de l'été ni une lubie subite mais bien un geste de solidarité envers les enfants qui perdent leurs cheveux en raison de la chimiothérapie.

Qu'est-ce qui vous a motivé?
C'est lors d'un voyage en Inde en 2009 où j'ai passé plusieurs mois pour travailler avec des enfants sidéens que j'ai eu le déclic. Là-bas, c'est assez fréquent que les femmes se rasent la tête comme offrande aux dieux. Ce rituel m'a beaucoup parlé et je me suis demandé comment l'adapter dans nos pays européens et pour quelle bonne cause.

Comment en avez-vous trouvé une?
Quelques mois après mon arrivée au Québec où j'ai décroché un job de psychologue et où je vais émigrer dans quelques jours, j'ai entendu parler du «Défi Têtes rasées». Celui-ci est organisé depuis 10 ans au Québec. Il s'agit de se raser la tête pour dédramatiser la perte des cheveux liée au traitement de chimiothérapie. C'est aussi une occasion d'ouvrir le dialogue face à cette maladie, ainsi que de lever des fonds pour la lutte contre le cancer. Ce qui m'a aussi motivée, c'est la rencontre au Québec d'une femme rayonnante, une collègue psychologue qui suivait une chimiothérapie. Cette rencontre a rendu évidente la réalisation de ce défi qui trottait dans ma tête depuis quelques années.

Combien espérez-vous obtenir de votre tonte?
J’espère réussir à récolter 2500 francs (2500 dollars canadiens). Si j'arrive à davantage, ce serait magnifique. Pour me soutenir, il y a deux manières: directement sur le site de l’association Leucan au Québec, ou bien en versant une somme à la ligue suisse contre le cancer via le site internet qui a été créé pour l'occasion.

Quelles sont les réactions dans votre entourage?
Ma famille me soutient. Mon père a notamment versé 500 dollars canadiens. Gilles, mon fiancé que j’épouserai l'an prochain avec une coupe de cheveux très courte (rires), me soutient aussi à 100%. Il envisage aussi de se faire tondre et a également sponsorisé ma coupe à hauteur de 500 dollars. Plus généralement, les hommes à qui j'en parle sont assez choqués par ma démarche et ne comprennent pas pourquoi je suis prête à sacrifier ma chevelure. Les filles, elles, trouvent cela surtout courageux.

Comment vous imaginez-vous sans cheveux?
Je ne sais pas à quoi je vais ressembler, ce sera un peu une surprise que je m'offre pour fêter mes 26 ans, le 14 juin! Si j'assume pas mon crâne lisse, je pourrai toujours mettre une perruque! Sinon, selon des conseils de copines, avec les cheveux rasés, il faudra que je mise sur les accessoires pour paraître plus féminine.

Allez-vous aussi vous faire épiler les sourcils?
Non, les sourcils, eux, ne sont pas prévu (rires).