Belgique

16 février 2011 11:51; Act: 16.02.2011 11:57 Print

Le prince Laurent privé de permis de conduire

Le prince Laurent, fils cadet du roi des Belges Albert II, a été privé de son permis de conduire pendant deux semaines après un nouvel excès de vitesse dans le centre de Bruxelles.

storybild

Le prince Laurent est un récidiviste au volant. (Photo: Keystone)

Une faute?

Le prince Laurent, 47 ans, a été «flashé» lundi après-midi alors qu'il roulait avec sa Fiat Punto Abarth à 82 km/h sur une chaussée où la vitesse est limitée à 50 km/h, a précisé à l'AFP un porte-parole du Palais, Pierre Emmanuel De Bauw.

«Il roulait manifestement trop vite», a ajouté M. De Bauw, confirmant une information du journal belge De Standaard.

Le prince, 12e dans l'ordre de succession au trône de Belgique, a été verbalisé par une patrouille de la police et son permis de conduire lui a été retiré pour deux semaines, selon le porte-parole du Palais.

Top ten des excès de vitesse princier

Il ne s'agit pas de la première infraction au code de la route par un membre de la famille royale belge, rappelait mercredi le quotidien «La Dernière Heure», qui a dressé le «top 10 des excès royaux» sur son site internet.

Peu après son accession au trône en 1993, le roi Albert II lui-même avait été pris en excès de vitesse alors qu'il circulait à moto dans la région de Charleroi (sud), selon le quotidien.

Quant au prince héritier Philippe, il a été contrôlé à bord d'une voiture circulant à 140 km/h sur une autoroute où la vitesse était limitée à 90 km/h en raison d'une alerte au smog, mais il n'était pas au volant, ajoute la «DH».

Un récidiviste

Mais c'est le prince Laurent qui a connu le plus de problèmes avec la police de la route: il a notamment été verbalisé pour un léger excès de vitesse à Washington, puis pour avoir circulé à 220 km/h à bord d'une berline allemande sur une autoroute belge (au lieu des 120 km/h autorisés).

Le prince Laurent, amateur de Ferrari, a également été flashé à plusieurs reprises en 1999 et 2000, dont une fois alors qu'il circulait à 146 km/h à Bruxelles au lieu des 50 km/h autorisés et à 137 km/h au lieu de 70 km/h à Bruges ouest), ce qui lui avait valu «les remontrances du Premier ministre de l'époque, Guy Verhofstadt», souligne la Dernière Heure.

(afp)