Etats-Unis

03 avril 2019 17:02; Act: 03.04.2019 17:08 Print

Le selfie «hot» de la prof atterrit au mauvais endroit

Une enseignante a été virée après qu'une photo d'elle topless a fini entre les mains d'un élève. La jeune femme crie à l'injustice et contre-attaque.

Sur ce sujet
Une faute?

Lauren Miranda a le sentiment de vivre une insupportable injustice. La jeune femme de 25 ans, prof de maths dans une middle school (ndlr: entre la primaire et la secondaire) de Bellport (New York), a perdu son travail mercredi dernier alors qu'elle estime n'avoir rien fait de mal. En cause: un selfie osé ayant atterri dans les mains d'un élève. L'enseignante explique avoir envoyé cette photo «inoffensive» à son petit ami de l'époque, professeur dans un autre établissement, il y a 3 ans. Le cliché montre Lauren topless face à un miroir: «Je tiens du maquillage dans une main et je prends un cliché avec l'autre», a expliqué la jeune femme lors d'une conférence de presse, lundi.



La prof de maths n'a aucune idée de la manière dont l'élève a pu se procurer cette photo. Quoi qu'il en soit, la direction de l'école a licencié l'Américaine, estimant qu'elle véhiculait une mauvaise image pour les étudiants. Déterminée, Lauren contre-attaque. Elle porte plainte pour discrimination de genre, réclame 3 millions de dollars et exige de récupérer son poste. «Une telle chose ne serait jamais arrivée s'il s'agissait d'un enseignant masculin», estime John Ray, l'avocat de la plaignante.


L'homme de loi ajoute: «Les administrateurs du comté de Suffolk et la direction des écoles n'ont pas encore découvert que les femmes étaient égales aux hommes. Lauren est à juste titre fière de sa poitrine féminine. Les seins d'une femme ne sont pas intrinsèquement vilains.»

La prof de maths estime qu'en ne se laissant pas faire, elle donne un bon exemple à ses anciens élèves. «Quel genre de message je ferais passer si je me retournais et que je me cachais? Je montre mon visage et j'affirme qu'il m'est arrivé quelque chose que je ne voulais pas», a-t-elle déclaré. L'enseignante et son avocat ignorent si l'élève entré en possession de cette photo a été puni. La direction des écoles, elle, a refusé de commenter l'affaire.

(joc)