Etats-Unis

10 avril 2019 18:55; Act: 10.04.2019 18:55 Print

Montagne menacée par 66 tonnes de cacas humains

Du fait du réchauffement climatique, la fonte des glaciers du Mont Denali (Alaska) s'accélère. Et les excréments des alpinistes qui avaient été congelés refont surface.

Une faute?

Comme tous les glaciers du monde, le Mont Denali fait face aux conséquences du réchauffement climatique. La plus haute montagne d'Amérique du Nord voit sa glace fondre, un phénomène qui risque de provoquer un effet secondaire peu ragoûtant. Selon USA Today, pas moins de 66 tonnes d'excréments humains risquent en effet de se décongeler.

Pour parvenir à ce chiffre, le média américain a estimé à 1200 le nombre d'alpinistes se lançant à l'assaut de cette montagne de 6190 mètres, située en Alaska. À chaque tentative d'ascension, longue en principe de 18 jours, chacun d'entre eux déposerait environ 500 grammes de déjections dans les crevasses du glacier Kahiltna, la route la plus commune menant au sommet. Jusqu'à aujourd'hui, les températures basses ne permettaient pas la décomposition de ces excréments, qui finissaient par congeler. Avec le réchauffement, ce processus risque de changer.

Bactéries fécales

D'après Michael Loso, glaciologue au service des Parcs nationaux américains, ce phénomène désagréable est déjà observable dans les environs du premier camp de base, à 2200 mètres d'altitude. Autant dire que les alpinistes qui se lanceront, dès ce mois, dans l'ascension du Mont Denali risquent d'avoir quelques mauvaises surprises. «Les déjections émergeront à la surface avec un aspect similaire à celui qu'elles avaient lorsqu'elles ont été produites. Elles seront écrasées et très humides. Ça devrait sentir très mauvais et être moche», analyse le scientifique.

En plus de l'odeur et de l'aspect repoussant, les grimpeurs pourraient être confrontés à des bactéries ayant résisté à la congélation. Des bactéries fécales de type Escherichia coli ont d'ailleurs été retrouvées dans les rivières situées en contrebas de la montagne. Pour combattre le problème, les alpinistes sont désormais priés de ramener les excréments qu'ils ont produits en dessous de 4300 mètres d'altitude.

(joc)