France

03 avril 2019 16:18; Act: 03.04.2019 17:47 Print

On ne parle pas à Sarkozy sans y mettre les formes

L'ex-dirigeant n'a pas apprécié le fait qu'une journaliste l'appelle «Monsieur Sarkozy», et non «Monsieur le président», a repéré l'émission «Quotidien».

Sur ce sujet
Une faute?

On ne rigole pas avec les coutumes, et ce n'est pas Nicolas Sarkozy qui dira le contraire. Dimanche, l'ancien président français était en Haute-Savoie avec Emmanuel Macron à l'occasion du 75e anniversaire des combats de la Résistance. En marge de l'événement, le successeur de Jacques Chirac a accordé une interview aux journalistes présents sur place.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que la journaliste locale chargée de poser des questions à Nicolas Sarkozy n'a, d'entrée, pas marqué de points. «Monsieur Sarkozy, vous êtes de retour sur...», a-t-elle commencé, avant d'être stoppée net par son interlocuteur. «Non... Comment vous m'avez...?», a-t-il interrompu. Puis, faisant mine d'être un peu perdu, l'ancien président a ajouté: «Comment? Pardon? J'ai pas compris.»

Aucune obligation de l'appeler ainsi

La journaliste, elle, a bien compris que «Sarko» n'avait pas apprécié la manière dont elle s'était adressée à lui. En effet, l'ancien dirigeant estime que, comme le veut la tradition, ses interlocuteurs doivent encore et toujours l'appeler «Monsieur le président». Après un petit moment de flottement, la journaliste a fini par rectifier son entame d'interview, pour le plus grand bonheur de l'ex-président.

«Libération» explique qu'aucune règle ni loi n'oblige les journalistes à appeler président un ancien dirigeant. En revanche, les ex-chefs de l'Etat conservent bel et bien ce titre à vie. D'une manière générale et depuis plusieurs années, les reporters appellent les présidents français par leur nom, sans y ajouter leur titre.

(joc)